Etude sur la personne et l’environnement du Messie et sur les Elohims.

 

Les différences doctrinales ont engendré chez les croyants un sectarisme aveugle qui fait obstacle à la réflexion par l’étude, plus on se croit instruis et plus on devient ignorants, c’est notre prétentieuse suffisance qui nous ferme les portes de l’amour et de la connaissance de Dieu.

 

Je pense que les vrais croyants supportent les contradictions de ceux qui ne croient pas comme eux et même de ce ceux qui ne croient pas du tout, parce-que notre espérance n’est pas vaine et notre foi n’est pas violente.

 

Le sujet de cette étude va encore nous démontré qui si Dieu à mit des épines dans sa « Parole » c’est afin d’en éloigner les superficiels et les inconstants, j’ai appris une leçon que si nous nous accrochons aveuglément à nos opinions, Dieu ne peut pas nous instruire dans notre vie présente.

 

Il vaut mieux ne rien savoir plutôt que savoir imparfaitement et demeurer obstinément figé, en se croyant instruit de tout, si parfaite qu’elle puisse l’être, la photo d’une fleur n’a pas de parfum, de même que celle d’un pain qui ne rassasie pas.

 

 

 

La Bible nous enseigne que les sémites esclaves d’Egypte sont devenus orgueilleux après leur libération et les occidentaux libéraient du paganisme, une autre forme d’esclavage, le sont devenus à leur tour.

 

Il n’y a pas de compétions, pas de jury ni d’examens, aucune médaille ni aucun diplôme dans la recherche de Dieu, tous les jours de ma vie je dois m’en souvenir et veillé à ne pas mettre un mur entre Dieu et ceux que je suis sensé éclairé, je dois m’abaisser pour être un pont qui vous mènera vers Notre Créateur.

 

Table des matières .

 

1- Quelques précisions pour mieux comprendre cette étude.

2- Qui sont les Elohims.

3- Quoi pensé de ce texte de Genèse 6 :1-4, les fils de Dieu, les Elohims.

4- Explication du texte de Genèse 6 :1-4.

5- Quelques précisions.

6- Jésus est-il réellement le Messie ? Divin ? Dieu ? Dieu et homme à la fois ?

7- Prédication à la synagogue.

8- La question de Caïphe à Jésus lors de son procès.

9- Les faux Messie.

10- Confrontation avec la Sanhédrin.

11- Et Jésus rappelle aux religieux leurs agissements passés.

12- Jésus face à Pilate.

13- La messianité de Jésus fait-elle de lui une divinité subalterne ou un égal D’Eloah, le Dieu Unique.

14- Natalité de Jésus.

15- Etude du texte d’Esaïe 9 :5.

16- Jésus double nature, divine et humaine ou Messie serviteur ?

17- Etude du chapitre 8 : 22-25 du livre des proverbes.

18- Conclusion finale.

 

1-Quelques précisions pour mieux comprendre cette étude.

 

Durant les deux premiers siècles, les croyants dans la messianité de Jésus étaient majoritairement Unitaires.

 

Les tentatives pour comprendre la nature de Dieu à divisaient les théologiens depuis le troisième siècle, il y a beaucoup d’incohérence et des affirmations maladroites qui a exclu de ce débat les Juifs et les Musulmans.

 

La doctrine de la trinité est une forme nouvelle de polythéisme dont Jésus nous as libéré. La dogmatique chrétienne va mettre en question L’Unicité de Dieu et créer le trouble, l’influence des philosophes et des religions païennes grecque en est la cause parce qu’ils avaient ce besoin intellectuel de définir toutes choses.

 

Dans le traité Haguiga du Talmud à la page 581 il est écrit :

 

« N’essaie pas de pénétrer ce qui est incompréhensible, ni de rechercher ce qui t’est celé. Porte ton attention uniquement sur ce qu’il t’est permis d’examiner ; tu n’as pas à t’occuper des secrets.

 

2-Qui sont les « Elohims « ?

 

Dans la Torah on retrouve dans l’hébreu original 2312 fois le terme « Elohims » et 6499 fois celui de « Yahvé », les traducteurs occidentaux on traduit « Elohims » qui est un pluriel par Dieu au singulier.

 

Mais pour justifier la doctrine de la trinité ils ne font pas mystère sur la pluralité des « Elohims », Genèse 3 : 22 dit : Voici, l’homme est devenu comme l’un de nous, et en hébreu : Henha-Adam ayaké akhad minéou.

Question : Dieu se parle-t-il à lui-même ? Il ne dit pas, Voici l’homme est devenue pareil à moi ?

 

Dieu ne se parle pas à lui-même mais ils s’adressent aux « Elohims » qui lui sont resté fidèles.

 

Sauf erreur de ma part, le pluriel de majesté n’existe pas dans les cultures sémites, le terme « Elohims » est une forme plurielle du mot singulier « Eloah », je pense que « Les Elohims » représentent des créatures spirituelles les bonnes comme les mauvaises et que pour éviter toutes confusion Eloah mentionne l’Unique, ( dont la forme contracté, qui le rend identifiable est » EI «), plus bas dans cette étude, vous le verrez souvent dans la traduction de Chouraqui.

 

Des commentateurs chrétiens sont « Christocentrique », ils voient le Messie partout qu’ils confondent avec les « Ma’ak » ou les « Malakims », des créatures spirituelles toutes créaient bonne à l’origine mais soumise au service d’Eloah ou Yhhvé ou Jahvé L’Unique qui peut être traduit dans la torah par l’Eternel.

 

Il faut savoir que le nom YHWH est sans voyelle, les hébreux le nome le tétragramme qu’ils traduisent par JAHVE = ETERNEL, par crainte d’utilisés en vain le nom de Dieu, il faut savoir que le nom « JEHOVAH » n’existe pas dans les textes originaux.

 

Ce terme JEHOVAH en langue française est un nom hybride composé des consonnes « YHWH et des voyelles de ADONAI »

 

Récapitulatif en forme simple en français

 

Dieu est l’équivalent hébreu de, EL, ELAH (Eloah), ou Elohims.

ET L’Eternel de YHWH.

Seigneur de Edon ou Adonaï ou Hachem.

 

En forme composée avec YHWH en français

 

Eternel Dieu est l’équivalent hébreu de, YHWH ELOIM.

Seigneur Eternel de, ADONAI YHWH.

Seigneur des armées de, YHWH SABAOTH.

 

Et enfin composée avec EI en français.

 

Dieu Tout-Puissant est l’équivalent hébreu de EL SHADDAI.

Dieu Très Haut de, EI ELYON. Dieu d’Eternité de, EI OLAM.

Dieu Puissant de, EI GIBBOR.

 

Références bibliques des trois termes.

 

1 /« Eloah », 55 fois utilisé dans la Torah est l’Unique Dieu incréé qui se suffit à lui-même et qui seul est l’objet d’adoration et qui est donc la figure centrale et créatrice des « Elohims ».

 

 

Adonaï (Seigneur), tu es digne de recevoir la gloire, l’honneur, et la puissance ; car tu as créé toutes choses, et c’est par ta volonté qu’elles existent, et ont été créées. (Apocalypse 4 : 11 )

 

2 / « Elohims », ils sont une création de Dieu, ce sont tous des subalternes de « Eloah ».

Or, il arriva un jour que les fils de Dieu, (les Elohims), étant venus se présenter devant l’Eternel « Eloah », Satan vint aussi au milieu d’eux. (Job 1 : 6 ).

Egalement nous lisons : Quand les étoiles du matin poussaient ensembles des cris de joie, et les fils de Dieu (Elohims), des acclamations. (Job 33 :7 ).

 

Trois textes mentionne «l’étoile du matin » : 2 Pierre 1 :19 , Apocalypse 2 : 28 et 22 : 16 .

Egalement un texte du livre des nombres 24 : 17 nous mentionne une étoile qui sort de Jacob.

Hormis le texte de Job, les trois textes du nouveau testament sont une allusion directe au Messie mais celui de Job fait allusion à Lucifer.

 

Le livre d’Ezéchiel 28 : 14,16, appelle Lucifer « chérubin protecteur aux ailes déployées », des chérubins sont également représentaient sur l’arche de l’alliance, Exode 25 :19-20.

Etoiles du matin vient de l’hébreux, » Helel ben Shahar » qui signifie celui « qui brille, le fils de l’aurore ». La bible mentionne souvent également deux autres anges, « Mikaël ou Michel et Gabriel ».

 

Un autre texte nous parle des « fils de Dieu », ( Elohims ») ?

Les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils prirent des femmes d’entre toutes celles qui leur plurent. (Genèse 6 :2).

 

Egalement, « Elohims » mentionne des personnages humains qui sont revêtus de pouvoirs temporels ou d’une mission divine comme Aaron le frère de Moïse, (Exode 4 : 14-17 ).

 

« Elohims » est également applicable à des divinités païennes, ainsi ils craignaient l’Eternel, et ils servaient en même temps leurs dieux, «les Elohims », à la manière des nations d’où on les avait transportés. (Exode 17 : 33 ), ce n’est pas étonnant car certaines de ses créatures spirituelles sont devenue pour certaine mauvaises et s’opposent aux créatures humaines et même à Dieu en voulant être considéraient comme des dieux.

 

3 / Et enfin le terme «Elohi Mal’ak ».

 

Un ou plusieurs serviteurs sous la forme d’anges, comme les deux anges qui arrivèrent à Sodome sur le soir, (Genèse 19 :1 ), Des anges « Mal’ak » allèrent à la rencontre de Jacob, (Genèse 32 :1),

L’apparition à Moïse, (Exode 3 : 2 ),

L’ange dans le camp d’Israël, (Exodes 14 :19 ),

L’ange face à l’ânesse de Balaam, (Nombres 22 :23 ),

L’ange qui apparut à Gédéon, (Juges 6 :12 ).

 

Il y a d’autres exemples et même dans le NT, certains d’une manière systématique voie dans certaine intervention d’un seul ange comme par exemple le buisson ardent la personne du Messie ?

 

Comme déjà vue plus haut, Les traducteurs de la bible ne vont pas se « cassé la tête », les expressions « YHWH, Adonnai, Elohims « sont systématiquement remplacé par le terme en français Dieu, le premier terme « YHWH » signifie « IL A ETE, IL EST, ET IL SERA », c’est l’expression de l’éternité.

Pour éviter de prononcé le tétragramme « YHWH », les hébreux disent » ADONAï ou HACHEM « qui signifie Seigneur.

 

3-Quoi pensé de ce texte de Genèse 6 : 1-4 , les Fils de Dieu, les Elohims ?

 

Pour certains commentateurs la chute de certains Anges et de leur « chef l’archange Lucifer « est un mythe, je ne vais pas faire d’interprétation personnelle mais faire la première place à la torah, et chacun de vous se fera une opinion.

 

 

Dans le premier livre de la torah « Bereshit » il n’est nullement question de démons, de Satan ou de Lucifer mais d’un serpent tentateur, l’étude de la bible va se scinder en deux sciences : La théodicée c’est-à-dire l’étude de Dieu et la démonologie qui est l’étude du diable et des démons.

 

Ce serpent on le retrouve dans un texte de l’apocalypse 20 : 2 : Et il saisit le dragon, l’ancien serpent, qui est le diable et Satan, et le lia pour mille ans.

Ce texte nous conforte sur la véracité de l’épisode de la Genèse, ce n’est pas une allégorie ou un mythe.

 

Avant l’explication des « fils de dieu » de Genèse 6 : 1-4 il est important de comprendre ce qui s’est passé dans le monde spirituel ?

 

Comment es-tu tombé du ciel, astre brillant, fils de l’aurore ? Comment as-tu été abattu à terre, toi qui foulais les nations ? (Esaïe 14 : 12 ), le verset 14 nous donne la principale raison de sa chute : Je monterai sur les hauteurs des nues, je serai semblable au très haut !

 

Un autre texte nous éclaire : Je t’avais établi comme chérubin protecteur, aux ailes déployées ; tu étais sur la sainte montagne de Dieu ; tu marchais au milieu des pierres de feu. Tu fus intègre dans tes voies depuis le jour où tu fus créé, jusqu’à ce que l’iniquité ait été trouvée en toi.( Ezéchiel 28 :14-15 )

 

Un texte de l’apocalypse 20 : 3, nous informe que Satan séduit les nations et Matthieu 4 :8-9 , nous rapporte le dialogue entre Jésus et Satan, ce texte nous précise que Satan règne sur le monde physique, les nations !

 

Le livre de Job 4 : 18 : L’homme sera-t-il juste devant Dieu ? L’homme sera-t-il pur devant celui qui l’a fait ? Voici, il ne se fit pas à ses serviteurs, il trouve des défauts à ses anges ?

Job 15 :15 : Voici, Dieu ne se fit pas à ses saints, et les cieux ne sont pas purs à ses yeux ?

 

La démonologie présente Lucifer comme le chef des anges rebelles, Apocalypse 12 : 7-9 nous informe que l’archange Michel et les anges restaient fidèles à Dieu vaincrons Lucifer et son armé d’anges.

 

4-Explication du texte de Genèse 6 : 1-2 .

 

Si on lie ce texte sans aucune notion « d’étude de l’angéologie » on va sans difficulté en conclure que des anges (Nephilim), sexués ont donné naissance à une race particulière de géant puissant.

 

Dans l’original hébreu on retrouve deux fois ce terme, Genèse 6 : 1-2 et Nombres 13 :33, ce terme hébreu « Nephilim » , ( géant ), vient de la racine « naphal » qui signifie « tomber « , c’est très intéressant par le fait que Esaïe 14 :12 et Ezéchiel 28 : 16 mentionne cela.

 

Le targoum Onkelos, (traductions et interprétation de la torah en Araméen, II siècle de notre ère) : Les géants étaient dans la terre en ces jours, et aussi après, quand les fils du Tout Puissant allèrent vers les filles des hommes.

 

5- Quelques précisions.

 

Même si dans la torah on voie des anges apparaître sous forme humaine, hébreux 1 : 7 nous informe qu’ils sont des vents et des flammes de feu, donc des esprits sans corps et sexe.

 

Les Sadducéens au Sanhédrin (tribunal rabbinique) ou Paul comparé dirent à la différence des pharisiens qu’il n’y a ni résurrection, ni anges, ni esprit. (Actes 23 :8 ) .

Jésus enseigne la nature spirituelle des anges et dit que dans le ciel à la résurrection il n’y aura pas de relation sexuelle et il précise : ils seront comme les anges de Dieu dans le ciel. (Matthieu 22 : 30 ).

 

Interprétation du texte.

 

Si ses anges sont déchus et donc des esprits cela signifie qu’ils sont dégagés de la matière, ils sont des démons, des « mauvais génies ».

De mon point de vue, c’est l’explication la plus biblique, l’évangile de Marc 5 : 2 nous parle d’un homme possédé d’un esprit immonde, le verset 9 nous indique qu’ils sont finalement légion dans ce corps, sur ordre de Jésus ils quittent ce corps pour celui d’un troupeau de pourceaux.

 

Les Evangiles ne manquent pas d’exemple de possessions démoniaques.

 

Conclusion.

 

Un targoum du Pseudo-Jonathan traduit, Genèse 6 : 4 : Schamchazaï et Uziel, qui sont tombés du ciel, étaient sur la terre en ces jours. Ces deux anges déchus apparaissent dans le livre d’Enoch (Apocryphe) comme étant ceux qui ont connus les filles des hommes.

Et ce targoum reprécise, « les tombés du ciel », les Nephilim.

 

En fait ce sont bien des démons qui ont pris possession des corps d’hommes et qui se sont accouplés à des femmes qui donneront naissance à une espèce hybride impure, (mi-homme, mi- démon), mais avec une chair humaine.

 

Un texte de Jude 6 prête à confusion : Et qu’il retient par des chaînes éternelles dans les ténèbres, pour le jugement du grand jour, les anges qui n’ont pas gardé leur puissance, mais qui ont quitté leur propre demeure.

 

La confusion vient du mot « chaînes éternelles » ? Mais les « ténèbres » n’est pas dans une prison confiné, 2 Pierre 2 : 4 : « précipités dans l’abîme, liés avec des chaînes d’obscurité.

 

Les démons et leur chef Lucifer sont bien en liberté : Le diable votre ennemi, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il pourra dévorer. (1 Pierre 5 : 8 ) .

 

6-Jésus est-il réellement le Messie ? Divin ? Dieu ? Subalterne de Dieu ? Dieu et homme à la fois ? Dieu et homme à la fois ?

 

Quand on lie les évangiles on comprend clairement que Jésus conteste l’exégèse réductrice des « érudits  pharisiens » qui voyait le Messie uniquement comme le « fils de David » et en conséquence un opposant à l’étranger Romains c’est-à-dire un « Messie politique et guerrier ».

 

Ce que Jésus n’est pas. Cette qualification de Messie émane de l’histoire du peuple hébreu, en plus du rejet des Juifs de cette qualification de Messie à Jésus, » les Pères de l’Eglise » ne vont rien arrangeait, leur christologie va lui donner une importance qu’il n’a jamais revendiquée et des questions aujourd’hui ont subsisté sur son rang véritable par rapport au Dieu Unique ?

 

Les Ebionites, (Nazaréens ?) et les Elkasaïtes une secte de plus de tradition manichéenne et gnostique sont des Judéens du premier siècle qui reconnaîtront la messianité de Jésus qu’ils qualifiaient de « serviteur de Dieu » mais ils ne reconnaissaient pas sa divinité, il est difficile de prouver la divinité de Jésus dans les évangiles de plus elle n’est jamais discutée par les Apôtres, c’est une déduction de la notion de Messie qui à donner naissance à un dogme à la fin du quatrième siècle, Dieu en trois personne distinctes mais qui font un ?

 

7-Prédication à la synagogue

 

Jésus va vivre un épisode douloureux suite à la lecture d’un texte à la synagogue le jour du sabbat :

L’Esprit du Seigneur, de L’Eternel, repose sur moi, puisque L’Eternel m’a conféré la mission de porter un heureux message aux humbles ; il m’a délégué pour guérir les cœurs brisés, pour annoncer la liberté aux captifs et la délivrance à ceux qui sont dans les chaînes. Pour proclamer une année de grâce de la part de L’Eternel, un jour de revanche de la part de notre Dieu, pour consoler tous les affligés. (Esaïe 61 : 1-2), Luc 4 : 18-19 ).

 

Ce qui va choquer les membres de la synagogue c’est son commentaire :

« Aujourd’hui est accompli cet oracle que vous venez d’entendre «, (Luc 4 :21 ), la première réaction est rationnelle, n’est-il pas le fils du charpentier ? (verset 22), mais le motif de leur colère c’est que Jésus met en lumière leurs incrédulités, il leur dit : Vous me direz sans doute ce proverbe, médecin guérie- toi toi- même ; fais aussi ici , dans ta patrie , tous ce que nous avons entendu dire que tu as fait à Capernaüm, ( Luc 4 :23 ) .

 

Pourquoi ce mépris sur la ville de Capernaüm qui se trouve en Galilée sur la rive nord-ouest du lac de Tibériade ?

Elle est méprisée par « les élites religieuse de Jérusalem » parce-que des païens des nations, (élevage de porc), y réside, Jésus a vécu son enfance à Nazareth en Galilée mais il est née par un concours de circonstance à Bethléem, Marie étant de descendance davidienne et a dû se rendre à Bethléem pour le recensement ordonné par Rome. Faut t’il y voir l’accomplissement d’une prophétie de Michée 5 : 1-3 ?

 

Or c’est de toi Bethléem-Efrata, si peu d’importance parmi les groupes de Juda, c’est de toi que je veux que sorte celui qui est destiné à dominer sur Israël et dont l’origine remonte aux temps lointains aux jours antiques. C’est pourquoi il les abandonnera à eux même jusqu’au jour où enfantera celle qui doit enfanter, et où le reste de ses frères viendra retrouver les enfants d’Israël. Lui se lèvera et conduira son troupeau, grâce à la puissance du Seigneur et du nom glorieux de L’Eternel, son Dieu.

 

En effet à Capernaüm, Jésus a fait des choses peu courant, il chassa des démons, guéri la belle-mère de Pierre d’une fièvre et guérit également un lépreux, (Marc 1 : 23-42 ), mais Jésus leur dit qu’un prophète n’est pas reçu dans sa patrie, car Nazareth est la ville où il a vécu durant 30 années.

 

Jésus leur cite des événements anciens connus de tous (verset 25 et 27), ils vont être en colère, ils le chassent de la synagogue, l’accompagne hors de la ville et le mène sur les hauteurs pour le précipiter. Mais avec une grande maîtrise, il va passer au milieu d’eux et s’éloigner.

 

8-La question de Caïphe à Jésus lors de son procès.

 

Ce procès a des allures de complot orchestré par des « religieux  puissants », composés majoritairement de Sadducéens qui nie la résurrection » contre un homme humble qui a eu le tort de contester leur autorité, il est clair pour moi que Jésus est déjà condamné par avance.

 

Cette confrontation face aux Sanhédrin est une « farce dramatique », les pharisiens majoritairement « Shammaïte » cherchent à légitimer sous une apparence légale et donc légitime de livrer Jésus de Nazareth a l’autorité Romaine en lui donnant un caractère politique , il « s’est proclamé Roi des Juifs » , en conséquence il trouble l’ordre public et défi Rome et ils lui donne également une dimension spirituelle en s’appuyant sur la « Halakha », la loi religieuse ( blasphème).

 

Caïphe n’avait pas de bon rapport avec les pharisiens « nationalistes » Zélotes, ils accusaient celui-ci d’être « pro-Romain » et c’est pour lui l’occasion par la condamnation de Jésus d’amélioré ses rapports avec eux.

 

9-Les faux Messie.

 

Il faut savoir que les « chefs religieux » dans le passé n’ont jamais fait condamné à mort ceux qui se sont prétendu Messie comme :

 

Menahem Ben Juda le Galiléens, (l’an 6 à l’an 15), qui lança la bataille en 66 en s’emparant de la forteresse de Massada et assiégera le palais d’Hérode et massacrera la garnison romaine.

 

Simon le Mage, Samaritain hâbleur et provocateur, auto-proclamé prophète qui enchante la foule sur les places de marché, des foules crédules et versatiles assoiffées de mystère, les Apôtres le considéreront comme un dangereux imposteur, sans nier ses dons, au temps de Claudius (41 à 45) on le désigne comme étant à l’origine du gnosticisme, (initiation à la connaissance suprême), celle réservée aux mages et inspirés.

 

Théoudas probablement un zélote qui entraîna avec lui quatre cent hommes qui furent mis à mort par les romains, le livre des Actes le mentionne au même titre que Juda le Galiléen, (Actes 5 : 36-37), Flavius Josèphe dans la « guerre II, 13 ».

Le faux prophète Egyptien qui rassembla trente mille hommes dans le désert afin de revivre l’exode et de reprendre Jérusalem à l’occupant romains. Félix, le procurateur romains y mettra fin avec violence.

L’Apôtre Paul sera comparé à c’est Egyptien dans le livre des actes 21 :38 :

N’es-tu pas cet Egyptien qui ces jours passés, a existé une sédition, et conduit au désert quatre mille brigands ?

 

Siméon Bar Kochba, (132-135), connu également par le nom Ben Kosiba. Il sera identifié par le Rabbi Akiba comme le « Fils de l’étoile » dans la torah : Je le vois, mais non maintenant ; je le contemple, mais non de près ; une étoile est sortie de Jacob, et un sceptre s’est élevé d’Israël ; il frappera les deux régions de Moab, il détruira tous les enfants du tumulte. (Nombres 24 : 17 )

Bar Kochba, surnommé « Siméon le Prince d’Israël » , soutenu par le grand maître Rabbi Akiba Ben Youssef considéré comme le fondateur du judaïsme rabbinique et contributeur à l’écriture de la Michna est convaincu du bien-fondé de sa mission , détruire l’envahisseur romains , mais cela va être un terrible échec lourd de conséquences .

Bar Kochba sera tué ainsi que le Rabbit Akiba, la ville de Jérusalem sera rasée, interdite aux Juifs et même son nom sera sur ordre de l’empereur Hadrien sera changé par, « Aelia Capitolinia », Aelia vient du nom gentilice de la famille de l’empereur et Capitolinia indique le patronage Jupiter Capitolin, dieu suprême de Rome. La région elle sera désormais nommée Palestine.

 

Sabbataï Tsevi, XVII siècle, pour approfondir le mouvement sabbataïsme, je vous recommande le livre de « Gershom Scholem, Sabbataï Tsevi le messie mystique 1626-1676, édition verdier.

 

Et enfin, Jacob Frank XVIII, qui se présentera comme la réincarnation de Sabbataï Tsevi, je vous recommande le livre, Jacob Frank le faux messie à l’édition L’Harmattan 2012.

 

10-Confrontation avec le Sanhédrin.

 

 

Question de Caïphe .

 

Es-tu le Messie, le fils de Celui qui est béni ? Et Jésus dit : Je le suis (en grec Ego Eimï);  et vous verrez le fils de l’homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel. Alors le souverain sacrificateur déchira ses vêtements, et dit : Qu’avons-nous encore besoin de témoins ?

 

Vous avez entendu le blasphème ; que vous en semble ? Alors tous le condamnèrent comme étant digne de mort. (Marc 14 : 61-64 )

Matthieu 26 : 64 : Tu l’as dit du grec (su eipas),

Luc 22 : 70 : Vous le dite vous-même du grec (humeis legete hoti egô eimi).

 

On peut se poser la question du pourquoi de cette ambiguïté ? C’est comme si Jésus disait, je te laisse la responsabilité de tes propos, il sait qu’il est déjà condamné et donc toute réponse est vaine. Est-ce un aveu pour l’auteur Marc ?

 

Jésus connaissait très bien les implications politiques de ce titre de Messie , le Sanhédrin cherché un argument majeur pour le faire condamné à mort par le pouvoir romain , il n’avait plus ce pouvoir , contrairement à Pilate qui représente l’autorité dominante .

 

Le Messie au sein de la pensée hébraïque est conçu en tant qu’être humain, un roi, mais jamais un dieu, les Pharisiens auraient dû comprendre que l’envoyé ne peut être plus grand que celui qui l’a envoyé, de plus Jésus ne fait rien de lui-même, il n’attire pas la lumière à sa personne mais à celui qui l’appelle son Père, Dieu.

 

Sur ce point il était inattaquable.

 

La question du souverain sacrificateur porte sur sa « supposé messianité », car l’expression « le Fils de Celui qui est béni » désigne le Messie, Jésus répond par l’affirmative, mais Jésus va faire référence au « Fils de l’homme » du livre de Daniel chapitre 7 verset 13-14.

 

La réponse, « je le suis » n’est pas la même chose que « Je suis », le souverain sacrificateur à t-il pensé le contraire justement ? Parce-que « Je suis » est précisément le Nom par lequel Dieu se révèle à Moïse :

Alors Dieu dit à Moïse : Je SUIS CELUI QUI SUIS. Puis il dit : Tu diras ainsi aux enfants d’Israël ; Celui qui s’appelle-JE SUIS, m’a envoyé vers vous. (Exode 3 : 14 ).

 

Le souverain sacrificateur à t’il volontairement mal comprit Jésus tout comme certains Pères de l’Eglise mais pour une autre raison, si Jésus a dit, « Je Suis » alors il proclame sa divinité mais également toute la divinité à lui seul et là on comprend pourquoi il l’accuse de blasphème et cherche à le mettre à mort.

 

Petite parenthèse : Certains commentateurs disent que Jésus lui-même a dit à plusieurs reprises, « Je Suis «, c’est un exemple de l’inconvénient d’être endoctriné !

 

Vérifions :

Jean 6 :35, 48,51 : je suis le pain de vie, 8 :12 : la lumière du monde, 10 :7, 9,11 : le bon berger, 11 :25 : la résurrection et la vie, 14 :6 : le chemin, la vérité et la vie, 15 :1 : le vrai cep ?

 

La conclusion du Sanhédrin c’est que Jésus de Nazareth est coupable de blasphème parce qu’il se déclare être « Eloah », le Dieu Unique.

 

11-Et Jésus rappelle aux religieux leurs agissements passés .

 

 

Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, car vous bâtissez des tombeaux aux prophètes, et vous ornez les sépulcres des justes. Et vous dites : Si nous eussions été au temps de nos pères, nous n’aurions pas été leurs complices pour répandre le sang des prophètes.

 

Ainsi vous êtes témoins contre vous-même, que vous êtes les enfants de ceux qui ont tué les prophètes. C’est pourquoi, voici je vous envoie des prophètes, des sages, et des scribes ; vous ferez mourir et vous crucifierez les uns ; vous fouetterez dans vos synagogues et vous persécuterez de ville en ville les autres.

 

Afin que tout le sang innocent qui a été répandu sur la terre retombe sur vous, depuis le sang d’Abel le juste jusqu’au sang de Zacharie, fils de Barachie, que vous avez tué entre le temple et l’autel.

 

Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes, et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes ; et vous ne l’avez pas voulu !

 

Voici, votre demeure va devenir déserte, (événement de 135), car je vous dis que désormais vous ne me verrez plus jusqu’à ce que vous disiez : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. (Retour du Messie). (Texte de Matthieu 23 :29-31 , 23 : 34-35 et 23 : 37-39 ).

 

Le réquisitoire d’Amos est implacable : Ainsi dit l’Eternel : A cause de trois crimes d’Israël et même de quatre, je ne le révoquerai point : parce qu’ils ont vendu le juste pour une paire de souliers. (Amos 2 : 6 ).

 

12-Jésus face à Pilate.

 

Pilate leur dit : Prenez-le vous-mêmes, et juger le selon votre loi. Et ils répondirent, il ne nous est pas permis de faire mourir quiconque. (Jean 18 : 31).

 

La première question de Pilate est, « Est tu le Rois des juifs » ? Une fois de plus Jésus garde le même système de défense comme au Sanhédrin, il répond :

 

Tu le dit, (Marc 15 :2 ), (Matthieu 27 11), (Luc 23 :3 ).

 

Ce qui posé problème ce n’est pas à proprement parler l’enseignement de Jésus ni même ses miracles mais sa personne, il ne s’attendait pas à un tel Messie qui ne « tire jamais la couverture » vers lui ni vers l’élite pharisienne mais seulement vers Son Père, Notre Père à tous, le Dieu Unique, l’enseignement de Jésus n’enrichie-t-il pas la compréhension de la Torah ?

 

L’erreur des Juifs d’hier et d’aujourd’hui c’est qu’ils pensent qu’ils doivent faire un choix, observer la Torah ou suivre Jésus, c’est comme cela malheureusement qu’il comprenne l’invitation de Jésus à le suivre.

 

Pourquoi alors Jésus dit au peuple hébreu et à ses disciples, les scribes et les pharisiens sont assis dans la chaire de Moïse, observez donc et faites tout ce qu’ils vous disent d’observer ; mais ne faites pas comme ils font, parce qu’ils disent et ne font pas. (Matthieu 23 :1-3 ) ?

 

Jésus est la Torah faite chair, il est maintenant l’exclusif médiateur, le fils unique engendré par YHWH, mon point de vue personnel c’est que des religieux Juifs l’ont livré à des non juif et c’est une première dans l’histoire d’Israël.

 

 

13-La Messianité de Jésus fait-elle de lui une divinité subalterne ou un égal d’Eloah, le Dieu Unique ?

 

Origène un théologien de la période patristique est clairement subordinationiste, il écrira : Nous déclarons que le Fils n’est point plus puissant que le Père, mais plutôt, est inférieur à lui.

 

Et nous fondons cette croyance sur la parole de Jésus lui-même : « Le Père qui m’a envoyé est plus grand que moi », Les successeurs des Apôtres, « les pères de l’Eglise » vont progressivement avec leur « christologie » rendre Jésus le Messie méconnaissable aux siens et la rupture sera totale avec les juif « messianique » qui devront partir.

 

Et c’est là que va naître avec l’aide de l’empereur Constantin « la religion chrétienne » en opposition au judaïsme dont les acteurs majeurs sont les successeurs des Apôtres, dénommé « père de l’Eglise », le premier  sera Clément de Rome qui selon les catholiques est le premier successeur de Pierre l’apôtre en l’an 92 de notre ère.

 

Philon d’Alexandrie qui est juif qualifié le Messie de « deuxième Dieu » mais qui n’égale pas le premier, l’influence de la philosophie grecque est évidente chez lui, il est à l’origine de l’initiative de la traduction de la « Septante en grec », des rabbins disaient, « lire le grec c’est comme mangé du porc ».

 

Les attributs de Jésus sont mentionnés dans la torah, il est fils de David, Sauveur Emmanuel, Berger et fils de Dieu, à lui seul il est Abraham, Jacob, Moïse, David et Israël.

 

Moïse enfant a échappé à la mort, (Pharaon), de même que Jésus a échappé à la mort (Hérode), Jacob a dut s’exilé, fuyant son frère, Jésus le judéen est revenue de sa fuite en Egypte et est nommé par Dieu lors de son baptême « mon fils bien-aimé en qui j’ai pris plaisir ».

 

L’apparition des mages d’Orient n’a rien de surprenant, ils étaient présent en Babylonie aux services des rois : Et le roi ordonna d’appeler les magiciens, les astrologues, les enchanteurs et les Chaldéens, pour lui expliquer ses songes. (Daniel 2 :2 )

 

Matthieu 2 : 2, car nous avons vu son étoile, (astrologue), le fait qu’il vienne pour l’adoré n’a rien de surprenant, surtout quand on lie Deutéronome 18 : 9-14 .

 

 

14-la natalité de Jésus.

 

La torah nous mentionne des naissances extraordinaires ou YHWH intervient :

 

De Sara très âgé naîtra le fils de la promesse, Isaac.

 

De Rebecca la stérile naîtra Jacob.

 

De Rachel la stérile naîtra Joseph.

 

Et pourquoi c’est si difficile de croire que Jésus est né d’une vierge ? C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe : Voici la vierge sera enceinte ; elle enfantera un fils, et lui donnera le nom d’Emmanuel (Dieu avec nous), Esaïe 7 : 14).

 

En hébreu le mot « almah » signifie, "jeune femme". Où est le problème ? Une jeune femme juive ne serait pas vierge ? Les rabbins n’ont jamais accepté la « septante », surtout sur des sujets sensibles.

 

Car vierge vient du mot grec « parthenos », vierge est une traduction de la Septante tant d’écrier par les rabbins de l’époque.

 

Matthieu confirme cela, 1 : 18.

 

Jésus est le fils de son géniteur, « Dieu l’a engendré » et le fils de sa mère Marie le réceptacle de l’œuvre de YHWH et de l’Esprit de sainteté qu’il reçoit le jour de son baptême, « intronisation de son ministère ».

 

Jésus est le témoin de c’est Esprit, il va être la « Parole de YHWH » selon Jean 1 : 1, le logos qui fait et fera pour longtemps l’objet d’interprétations, les uns pour soutenir la doctrine trinitaire, d’autre la position kenotiste du XVIIII siècle, position du théologien francophone Frédéric Godet mais surtout du théologien allemand Gess.

 

Cette doctrine qui entre en contradiction avec celle de la trinité  croit que Jésus était divin de toute éternité et qu’il s’est dépouillé de ses attributs divins lors de son incarnation, il est donc sur terre un homme 100% humain, il n’est plus omniscient et il ne possède plus la toute-puissance car selon eux, il prie.

 

Ce terme « kénose » est un terme grec qui signifie « dépouillement «, le verset en question est Philippiens 2 : 6-11.

 

Pour comprendre : Le Messie divin préexistant est devenu doulos (esclave, dépouillement, du mot grec kénosis), à été crucifié, puis exaltation, la résurrection et donc remonte au ciel, et aujourd’hui il est assis à la droite de Dieu.

 

Jean 8 : 58 est-elle une preuve de la préexistence du Messie ?

En vérité, en vérité je vous le dit : Avant qu’Abraham fût je suis.

 

La messianité juive n’inscrit pas la figure du Messie dans la temporalité comme la théologie chrétienne, il situe le Messie dans le passé, (l’éternité), à une promesse et fond donc la différence entre le « déjà là » et le « pas encore », difficile à comprendre pour des non sémite .

 

Voici des passages pour mieux comprendre :

 

Avant que je te formasse dans le ventre de ta mère, je t’ai connu ; avant que tu sortisses de son sein, je t’ai sanctifié ; je t’ai établie prophète pour les nations, (Jérémie 1 :5 Version D’Osthervald). Il s’agit du prophète Jérémie.

 

Version Chouraqui :

 

« Avant que je ne t’aie formé dans le ventre, je te connaissais, avant que tu ne sortes de la matrice, je t’avais consacré; pour inspirer des nations, je t’ai donné.

 

 » Je publierai le décret de l’Eternel ; il m’a dit : Tu es mon fils ; aujourd’hui je t’ai engendré, Psaume 2 : 7, (V O). Là il s’agit d’une promesse prophétique du Messie.

 

Version Chouraqui :

 

Je raconte la loi d’IHVH-Adonaï. Il m’a dit: « Toi, mon fils, moi, aujourd’hui, je t’ai enfanté.

 

Dieu l’a accomplie pour nous leurs enfants, lorsqu’il a suscité Jésus ; comme il est écrit dans le psaume second ; tu es mon fils, je t’ai engendré aujourd’hui, (Actes 13 :33, v o)

 

Il ne fait aucun doute pour moi que l’auteur de la lettre aux hébreux est un hébreu lui-même, ce verset 11 :1 est l’illustration d’un esprit sémite :

 

Or, la foi est une ferme attente des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voie point. (OT).

 

 L’adhérence est la substance de ce qui est espéré, la preuve de ce qui n’est pas visible. (Ch.)

 

Et oui une annonce prophétique est une promesse et fait la différence entre le « déjà là » et le « pas encore » .

 

Le Messie devient réalité physique lorsque Dieu l’engendre dans la matrice Marie et Messie accompli lors de la résurrection par la volonté du Dieu Unique.

 

15-Etude du texte d’Esaïe 9 : 5 ?

 

Traduction Zadoc Kahn d’après la version massorétique:

 

C’est qu’un enfant nous est né, un fils nous est accordé : la souveraineté repose sur son épaule, et on l’a appelé Conseiller merveilleux, Héro divin, Père de la conquête, prince de la paix.

 

Traduction chouraqui .

 

Oui, un enfant est enfanté pour nous, un fils nous est donné. Et c’est l’autorité sur son épaule. Il crie son nom: « Merveilleux conseiller, héros d’El, père pour toujours, prince de la paix ».

 

La version D’Osthervald.

 

Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, et l’empire est mis sur son épaule : on l’appellera l’Admirable, le Conseiller, le Dieu fort, le Père de l’Eternité, le Prince de la paix.

 

La version Darby.

 

Car un enfant, nous est né, un fils nous a été donné, et le gouvernement sera sur son épaule ; et on appellera son nom : Merveilleux, Conseiller, « Dieu » fort, Père du siècle, Prince de paix.

 

Explication.

 

Père de la conquête ? Père pour toujours ? Père de l’Eternité ?

 

Ces titres concernant le Messie sont nouveaux dans le Tanakh (AT), les trinitaires ont un problème avec ces passages où ils identifient également le Messie ?

 

Leur doctrine indique d’après les conclusions des trois premiers conciles qu’il ne faut pas confondre les Personnes parce-que c’est diviser les substances.

 

Les trois traductions me conviennent seulement il ne faut en tirées des conclusions fausses et ensuite difficiles à corroborer avec la « Bible ».

 

La traduction Chouraqui nous informe :

 

Ada enfante Iabal, il est le père de qui habite la tente et le cheptel. (Genèse 4 : 20 ).

 

Ioubal. Il est le père de tout saisisseur de lyre et de viole. (Genèse 4 :21 )

 

Toubal-Caïn, marteleur de tout, artisan du bronze et du fer. (Genèse 4 : 22 ).

 

Dans la culture sémite le terme Père désigne une personne qui initie le commencement d’une chose nouvelle, ces trois textes en sont la démonstration.

 

En conclusion ce texte est une annonce prophétique du Messie à venir qui sera le premier à inaugurer une nouvelle ère et on peut légitimement l’appelé « père du siècle » selon Darby, « père de l’Eternité » selon Osthervald, père pour toujours selon Chouraqui et "père de la conquête" selon Zadoc Kahn.

 

Et pour en être sûr : Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité et la vie ; personne ne vient au Père que par moi, Jean 14 : 6 . 

 

Cette ère nouvelle débute avec la résurrection de Jésus le Messie, qui effectivement nous conseille, représente le véritable « Shalom », et "Admirable" car assis à la droite de YHWH, et appelé ainsi parce- qu’il est le bon berger qui prend soin de ses brebis, (ses disciples).

 

Chouraqui traduit « conseillé héro EI », le Messie est le conseiller serviteur de héro EI et pas lui-même YHWH, il est aujourd’hui notre conseiller et comment ?

 

Et je prierai la Père, qui vous donnera un autre consolateur, pour demeurer éternellement avec vous, (Jean 14 : 16. Mais le consolateur, le Saint-Esprit, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous remettra en mémoire toutes celles que je vous ai dites, (Jean 14 : 26 ).

 

La traduction de Zadoc K traduit, « Héro divin »,

 

Chouraqui, « héro d’EI. »

 

Darby et Osthervald, « Dieu fort ».

 

Deux choses importantes à savoir :

 

1- Dans la langue française, les traducteurs écrivent avec une majuscule pour bien signifier qu’il s’agit du Dieu Unique, et sans majuscule pour signifier des faux dieux ou des anges (« Elohims »), mais je ne suis pas naïf, traduire, c’est interprété et les traducteurs sont protestants et catholique ayant en commun la doctrine de la trinité. La traduction de Darby et Osthervald en est la preuve.

 

Tout lecteur pourra comprendre à tort dans ce passage Esaïe fait du Messie un Dieu ?

 

2- Dans l’hébreu c’est plus clair et dans la culture sémite un homme peut agir sous l’autorité de Dieu et être appelé « Elohims », (Elohi Mal’ak, un ange messager, serviteur de Dieu).

 

Exode 4 : 16 : C’est lui qui parlera pour toi au peuple ; il sera ta bouche, et tu lui seras « Dieu ». (Version Osthervald).

 

Darby : tu lui seras en la place de Dieu, (c’est déjà mieux).

 

Zadoc K : tu seras pour lui un inspirateur.

 

La bible Semeur : Il sera ton porte-parole devant le peuple, il te servira de bouche, et tu seras pour lui comme le dieu ? Qui parle à son prophète.

 

Louis Segond : Il parlera pour toi au peuple ; il te servira de bouche, et tu tiendras pour lui la place de Dieu ?

 

Chouraqui : Lui, il parlera pour toi au peuple. Et c’est lui-même qui sera pour toi une bouche. Toi, pour lui, tu seras Elohims, (comme un Elohi Mal’ak, un ange messager, serviteur de Dieu).

 

C’est Chouraqui qui a la meilleure traduction:

 

« pour lui tu seras Elohims », signifie comme un serviteur, un inspirateur ce que sont les Anges Elohims sous l’autorité de YHWH.

 

Et pour l’expression « Dieu fort », on retrouve encore une majuscule et la meilleure traduction est « puissant héros » ou « héros divin », c’est la traduction choisi par Martin Luther traduction paru en 1534 et James Moffatt traduction paru en 1926 en langue anglaise.

 

Dire que dans ses textes que c’est enfant est Dieu est faux, l’incarnation n’existe pas dans la torah, pour les hébreux, le Messie devait être un homme oint par Dieu mais qu’il devait d’abord être un enfant, donc impossible qu’ils soient Dieu.

 

16-Jésus double nature, divine et humaine ou Messie serviteur ?

 

Deux certitudes, par définition un fils à un commencement et l’expression « Dieu le fils »  n’apparaît jamais dans le nouveau testament a l’inverse des expressions : « Dieu le Père », « Dieu notre Père » et le « Dieu et Père » et Jésus serait tout çà à la foi ?

 

Si être appelé « fils de Dieu » signifie être « Dieu » alors il va falloir m’expliquer tous les passages bibliques désignant d’autres créatures comme étant des « Fils de Dieu » ? Sachant et nous l’avons vue dans cette étude que « fils de Dieu » désignent également des « anges », des « Elohims ».

 

17-Etude du chapitre 8 : 22-25 du livre des Proverbes.

 

Darby ne donne aucun titre à ce chapitre contrairement aux versions D’Osthervald et de Second, » discours de la sagesse et la sagesse éternelle » et « bienfaits et œuvre de sagesse ».

 

Le rabbin réformiste Gunther Plaut de Toronto dit que ces versets s’appliquent à la sagesse uniquement au sens figuré.

 

Et pourtant, des commentateurs protestants et catholiques identifient le Messie Jésus ? Et bien sûr les traductions des bibles le démontrent ?

 

Traduction D’Osthervald, (Proverbes 8:22-24 ).

 

L’Eternel m’a possédée dès le commencement de ses voies, avant qu’il fit aucune de ses œuvres. J’ai été établie depuis l’éternité, dès le commencement, dès l’origine de la terre. J’ai été engendrée lorsqu’il n’y avait point encore d’abîmes, ni de fontaines riches en eaux.

 

Déjà la première remarque, il y a pas trois mots au féminin dans ce passage et vous allez comprendre pourquoi avec l’original hébreu :

 

IHVH-Adonaï m’a acquise en tête de sa route, avant ses œuvres, dès lors  en pérennité, j’ai été ointe, en tête, aux antériorités de la terre. Au rien des abîmes, j’ai été conçue, au rien des sources glorieuses d’eaux.  Avant que les montagnes ne chavirent, avant les collines, j’ai été conçue, (CH).

 

Et là on retrouve bien le féminin, parce-que sagesse en est un et jamais un singulier, faire de la traduction c’est malheureusement également faire de l’interprétation, faire la démonstration de la préexistence de Jésus avec la Bible c’est impossible, alors on traduit en conséquence, mais en plus ils se contredisent avec le titre de leur chapitre ? Osthervald écrit en titre, « sagesse éternelle » ?

 

Le psaume 90 : 2 , Avant que les montagnes fussent nées et que tu eussent formé la terre et le monde, d’éternité en éternité, tu es Dieu. (OTH),

 

Dieu est bien l’Unique, sans un supposé ange Messie à ses côté. Seul Dieu a toujours existé. «  Au roi des siècles, immortel, invisible, à Dieu, seul sage, soient honneur et gloire aux siècle des siècles ! Amen, (1 Timothée 1 :17 ).

 

18- Conclusion finale.

 

 

Le Messie Jésus est fils de l’homme en tant « engendré », né d’une vierge juive de la descendance de David, portant l’accomplissement de la Torah par son exemple, la compréhension par ses discours d’abord à son peuple égaré, pour les ramener dans le troupeau que Dieu à l’origine avait choisi pour qu’ils soient la lumière des nations dont la grande finalité est le salut de ceux également des nations selon la promesse de Dieu faite à Abraham .

 

Abram tomba sur sa face, et Dieu lui parla de la sorte. Moi-même, oui, je traite avec toi : tu seras le père d’une multitude de nations. Ton nom ne s’énoncera plus, désormais, Abram : ton nom sera Abraham, car je te fais le père d’une multitude de nation, Genèse 17 :3-5 .

 

Ce qui est incroyable c’est que les trois grandes religions se revendiquent de cette promesse, deux des trois sont monothéistes sans aucun doute.

 

Même si seulement un petit groupe de judéen ont reconnu le Messie Jésus, ils ont commencé la mission, « Allez, et instruire les nations », pour que cette promesse devienne réalité. L’apôtre Paul garde espoir pour son peuple :

 

Frères, le souhait de mon cœur, et ma prière à Dieu pour les Israélites, c’est qu’ils soient sauvés. Car je leur rends ce témoignage, qu’ils ont du zèle pour Dieu ; mais un zèle sans connaissance, ou (selon la connaissance totale).Car ne connaissant point la justice de Dieu, et cherchant à établir leur propre justice, ils ne se sont point soumis à la justice de Dieu. Car Christ est la fin de la loi, pour la justification de tout croyant. (Ou la finalité de la Tora c’est le Messie pour la justification), (Romains 10 :1-4 ).

 

Les paroles de Jésus, « mon royaume n’est pas de ce monde », comme la fête de « Soucot », (en français « la fête des cabanes »), est un rappel aux juifs que sur cette terre tout n’est que provisoire, nous somme que de passage, le Rabbit Menahem Mendel de Kotzk disait :

La mort est simplement le passage d’une maison à une autre. Si nous sommes sages, nous ferons en sorte que la seconde soit la plus belle.

 

« Le christianisme apostat «  va se voir offrir par L’Empereur Constantin les rênes du pouvoir temporel. De même que les « Juifs sioniste » poursuivent l’idée d’un messianisme moderne et politique annulant l’espérance des prophètes et des patriarches.

 

Yeshayahou Leibowitz écrit dans « Peuple, Terre, Etat » à la page 63 :

 

Le peuple d’Israël ne fut jamais un « peuple de la terre » même si de nos jours, certains souhaitent le voir devenir ainsi.

 

Ce grand intellectuel, docteur en biochimie, en médecine et en philosophie et polyglotte, est mort en 1994 en Israël. Son œuvre traite aussi bien des questions scientifiques, théologiques mais aussi des problèmes politiques et éthiques posés au peuple juif et aux Israéliens.

 

Selon lui, la Tora ne parle pas de « terre (eretz), d’Israël » mais de « terre de Canaan », « ou terre des Amoréens » ou « Terre des hébreux ».

 

L’expression « Terre d’Israël »n’est pas dans la Torah. (Voir sur ce blog une de ses interventions ,(Vidéo d'un juif en colére) .

La réalité c’est qu’aujourd’hui cette terre est devenue, un «Etat nation comme les autres », quoique ?...

 

Le Rav Saadia Gaon X siècle, un gardien des traditions rabbinique, considérait que le peuple « d’Israël » ne constitue une nation qu’en vertu de la Tora.

 

Une majorité de juif d’aujourd’hui attende le Messie et soulève une objection sur Jésus comme Messie par l’écriture du rabbin Adin Steinsaltz un traducteur célèbre du Talmud :

 

« Le loup et l’agneau en sont toujours au même point qu’il y a deux mille ans », le monde de paix, d’abondance et d’amour n’est toujours pas advenus ?

 

Avec tout mon respect Monsieur le rabbin, n’est-ce pas notre prétentieuse suffisance qui nous ferme les portes de la vraie connaissance ?

 

N’y a-t-il pas une bénédiction pour celui qui étudie la Torah mais également pour celui qui la décode et l’applique dans sa vie non seulement par la parole ou l’écrit mais par l’exemple de sa vie, et Jésus de Nazareth a mis la « barre très haut » ? Sans aucun doute le rabbi Hillel l’aurait apprécié.

 

Quatre autres questions, Monsieur le Rabbin : l’étude de la Tora n’est-ce pas la chose la plus importante ?

 

Plus importante que la « construction hypothétique d’un troisième temple » ?

 

Plus importante que le rituel ?

 

 

Lorsqu’un non juif comme moi, (ou un juif qui s’ignore) se penche sur l’étude de la Torah ne vaut-il pas mieux qu’un religieux qui se contente des « cousinés de la tradition » ?

 

Dans ordre Nachim, Kiddouchin du talmud à la page 840 il est écrit :

 

Que la pauvreté c’est aussi le manque de connaissances de la Torah .

 

  Mon peuple se tait, sans pénétration. Oui, toi, tu as rejeté la pénétration; et je te rejette pour ne plus desservir devant moi. Tu as oublié la Torah de ton Elohîms; j’oublierai tes fils, moi aussi, (Osée 4 :6 ).

 

Nous avons tous les deux des différends avec le christianisme, certes par pour les mêmes raisons, cette étude en est la démonstration, les positions des uns et des autres sont irréconciliables, ce sont des scories dans la Torah et même du Nouveau Testament.

 

Je démontre dans cette étude que les nombreuses traductions diffèrent ce qui ne facilite pas la tâche des plus sincères d’entre nous, on fait dire à certains versets tous et son contraire, on se demande si toutes ses traductions ne cachent pas un but « commercial » ?

 

Ou l’impossibilité de réunir une fois pour toutes les meilleurs traducteurs, hébreu, araméen et grec, mais là je rêve, surtout quand on voir le nombre de dénominations chrétienne ?

 

Mes très chers lecteurs, il est difficile de recevoir le salut si on se heurte aux « arcanes » de ceux qui le proclament et à l’ignorance de ceux qui l’enseignent.

 

Jean-Jacques Albors

Vous pouvez réagir à cet article en m'envoyant votre réaction en cliquant ici. ;)

Les commentaires sont fermés.