Que dire de plus sur la Palestine et les Palestiniens ?

 

Il y a peu d'informations fiables sur les véritables origines ethniques des Palestiniens, la moindre déclaration des historiens modernes sur ce sujet soulève des boucliers dans les deux camps opposés.Traité ce sujet s'est comme traversé un champ de mines ou manipulé du triglycéride et s'exposer à des accusations malhonnêtes, depuis mon plus jeune âge, j'aime aller vers l'étranger, ma foi m'a libéré de tout préjugé et m'a conduit à faire des efforts pour comprendre afin de m'affranchir des idées reçus.
 

 

 

Rapports contradictoires sur la Palestine aux 19 siècles.
 
Alphonse de Lamartine, poète, romancier, dramaturge et homme politique.
 
Lamartine effectua un voyage en Orient pendant les années 1832 et 1833. Il publia ses notes sous le titre "Souvenirs, impressions, pensées et paysages pendant un voyage en Orient". « Il écrivit : "A l'extérieur des portes de Jérusalem, nous n'avons pas rencontré âme qui vive et nous n'avons entendu aucune voix humaine" ».
 
Rapport de l'écrivain Mark Twain 32 ans plus tard 1867
 
Il me semble que de tous les pays ayant un sombre paysage, Eretz Israël détient la palme. Les collines sont chauves, les couleurs sont fanées, et ses formes sont loin d'attirer l'attention. « Les vallées sont désertiques, moches et décorées d'une nature pauvre dont la vue inspire tristesse et désespoir ».
 
Les 52 lettres de Mark Twain qui furent publiées dans le journal reçurent de nombreuses réactions d'encouragement des lecteurs, à tel point qu'il fut décidé d'en faire un livre. En 1868, sortit le livre que Mark Twain, « les promeneurs incrédules ».
 
Préface d'Avraham Levinson du livre de Mak Twain.
 
À l'origine de la traduction sur la description de ce voyage en Terre Sainte, en hébreu, il décrit la terre sainte comme « Une terre désolée et laide, une terre sombre et sans sourire ».
 
Quel est le but de cette préface ?
 
Faire croire que 100 ans après le voyage de Mark Twain, Israël à complétement changé et que le sionisme a vaincu la désolation, la laideur et à supprimer la morosité et a amené le sourire".
Ce n'est pas totalement faux, l'apport de l'immigration juive à fait entré la Palestine dans la modernité grâce aux financements de riches donateurs juifs.
 
Les chrétiens millénaristes, occultent totalement le fait que des milliers de personnes depuis plus de 80 ans meurent sur cette terre, est-ce pour eux une reconquête bis du livre de Josué ? Bien qu'aucune prophétie ne parle de massacre de masse sur une durée aussi longue ?
 
Rapport du juif russe Asher Ginsberg (Ahad Ha'am) 24 ans plus tard.
 
 
 
24 ans plus tard, un juif russe, « Asher Tzvi Ginsberg » connu dans la communauté juive par le nom de « d'Ahad Ha'am, père de la littérature hébraïque et leader de l'organisation « des amants de Sion » s'est rendu en Palestine en 1891 et il écrira un article, « Vérité de la terre d'Israël » dont voici le résumé :
 
Par des rumeurs, nous faisons croire que la terre d'Israël est entièrement désertique, aride et inculte, et qu'on peut y acheter des terres sans problème. Mais la vérité, c'est que les terres cultivables le sont déjà, les Arabes ne sont pas selon une opinion récurrente des sauvages du désert ou un peuple stupide, c'est une grande erreur de l'occident, l'Arabe, comme tous les fils de Sem, a une intelligence aiguë et rusée comme ses cousins germains.
 
La suite est une prémonition : s'il advient un jour que la vie de notre peuple (les Juifs) dans le pays d'Israël se développe au point de repousser, ne fût-ce qu'un tout petit peu, le peuple du pays, ce dernier n'abandonnera pas sa place facilement.
Cette prémonition va hélas devenir une terrible réalité, les premiers immigrants juifs sont, à tort, convaincus qu'ils débarquent sur une terre sans peuple !
 
 
Déclaration de l'ancien Grand Rabbin de France, Jacob Kaplan en 1976 , soit 85ans plus tard.
 
 
Dans un ouvrage de 250 pages consacré à la promotion et à la gloire du sionisme, il occulte lui aussi l'existence des habitants arabes de Palestine que les sionistes repoussent pourtant méthodiquement et violemment depuis déjà près de vingt ans.
 
L'Américaine Joan Peter, dans son livre « de temps immémoriaux » publié en 1984 écrits : les Palestiniens, par opposition aux Juifs, ne sont en grande partie pas indigènes à la région et n'ont donc pas à avoir de revendication sur le territoire
 
Le livre a été soutenu être une fraude, plus tard, par Norman Finkelstein professeur et écrivain juif américain. La position de Finkelstein a été soutenue par de nombreux autres chercheurs comme Noam Chomsky philosophe linguiste américain, Edward Said théoricien littéraire palestino-américain et Yehoshua Porath historien juif professeur de l'histoire israélienne, appelant le livre "ridicule", "sans valeur" et un "faux", tandis que d'autres chercheurs comme l'historienne américaine Barbara W. Tuchman et le journaliste américain Daniel Pipes fils d'un juif polonais ont accepté la thèse centrale du livre.
 
Les rapports effectuaient aux 19 siècles ont pour auteur des occidentaux dons certains comme Alexandre Keith et Arthur Stanley sont des ecclésiastiques, pays d'Ecosse pour le premier et Angleterre pour le second, les autres sont écrivains, journalistes et voyageurs comme Alphonse de Lamartine ou encore le comte de Volney, J.S. Buckingham, Gustave Flaubert, François-René de châteaubriant, Gérard de Nerval, Alexandre Dumas, Pierre Loti et Ernest Renan.
 
Personnellement, je donne plus de crédit au rapport d'Ahad Ha'am, il me paraît plus pertinent et plus objectif, les occidentaux ont un point de vue assez réducteur et partisane, (pour des raisons eschatologiques) sur le devenir de cette terre d'Israël.
 
Ahad Ha'am bénéficie même aujourd'hui d'une reconnaissance morale dans les cercles sionistes, dans un autre texte, « Emet me-Eretz Yisrael », la « vérité d'Eretz Israël », il manifestera son profond désaccord sur ce qu'il appellera, « le mythe de la terre vierge » suite aux rapports des personnalités ci-dessus.
 
Les sionistes citent souvent ces voyageurs occidentaux et rarement le rapport de Ahad Ha'am ? Pour quelle raison ?
Ahad Ha'am ne partage pas la vision d'Herzl sur la création d'un état en réponse à » l'omniprésence » de l'antisémitisme en Europe, la vision Ahad Ha'am c'est de faire d'Eretz Israël un centre spirituel qui aura un rayonnement mondial, il écrira dans « l'état juif et le Juif » en 1897 :
 
"Cette colonisation juive, qui augmentera progressivement, deviendra avec le temps le centre de la nation, où son esprit trouvera une expression pure et où elle se développera dans tous les domaines au plus haut degré de la perfection dont elle est capable. L'esprit du judaïsme rayonnera alors à partir de ce centre vers la périphérie, vers toutes les communautés de la Diaspora, il leur inspirera une nouvelle vie et préservera l'unité complète de notre peuple. Quand notre culture nationale en Palestine aura atteint ce niveau, nous pouvons nous attendre en toute confiance à ce qu'il produise des hommes sur cette terre-là qui seront capables, le moment venu, d'y proclamer un État, lequel ne sera pas seulement un État des Juifs, mais un véritable État juif."
 
Dans la vérité sur Eretz Israël à la page 29 de ce même livre, il écrira également :
 
 
"Que font nos frères en Eretz Israël ? Esclaves dans les pays de l'exil les voilà qui jouissent d'une liberté sans entraves, d'une liberté anarchique uniquement possible dans l'empire ottoman. Ce changement soudain a éveillé leur inclination au despotisme comme chaque fois qu'un esclave devient roi. Ils traitent les Arabes avec hostilité et cruauté, empiètent sur leur propriété, les frappent sans raison, s'en vantent même, et il n'y a personne pour les refréner, pour mettre fin à ces pratiques éhontées et dangereuses."
 
Aux XVI siècle, deux Dominicains, Antonio de Montesinos et Bartholomé de Las Casas dénonceront la colonialisation de leurs frères espagnols chrétiens en Amérique du Sud. 
Dans un sermon, le premier dira :
 
"Dites-moi, quel droit et quelle justice vous autorisent à maintenir les Indiens dans une aussi affreuse servitude ?"
 
Le second, Bartolomé écrira :
 
"Toutes les guerres de conquête sont le fait de tyrans et qu'elles sont par conséquent injustes" et "que les pays conquis sont de l'usurpation.
 
Il existera toujours des hommes courageux, "La vérité doit être martelée avec constance, parce que le faux continue d'être enseignaient, par les médias dominants.
 
 
Quoi dire à ses deux affirmations ?
 
 
1- « Une terre désolée et laide, une terre sombre et sans sourire » ? (Avraham Levinson).
 
2- « A l'extérieur des portes de Jérusalem, nous n'avons pas rencontré âme qui vive et nous n'avons entendu aucune voix humaine » ? (Alphonse de Lamartine).
 
 
Jean-Charles Sournia, « la Palestine de Chateaubriand », annale de Bretagne, tome 75, numéro 3, 1968 ; colloque Chateaubriand page 450-455 :
 
Je voudrais aujourd'hui ne pas considérer l'itinéraire de Chateaubriand comme une œuvre littéraire, mais le regarder avec un œil d'historien, c'est-à-dire me demander dans quelle mesure Chateaubriand nous a livré un récit propre à nous renseigner sur l'état de la Palestine en 1806.
 
Nous disposons de plusieurs récits de voyage. En effet avant et après Chateaubriand une dizaine depuis Volney en 1793 jusqu'à Lamartine en 1832.
 
Lamartine 1832 écrira dans son livre « Voyage en Orient » : trompé par eux, je n'attendais que ce qu'ils décrivent, c'est-à-dire un pays sans étendue, sans horizon, sans vallées, sans plaines, sans arbres et sans eau : terre potelée de quelques monticules gris ou blancs, où l'Arabe voleur se cache dans l'ombre de quelques ravines pour dépouiller le passant ; telle est, peut-être, la route de Jérusalem à Jaffa.
 
 
Par honnêteté intellectuelle, voici les autres personnes qui ont fait des rapports défavorables aux Palestiniens :
 
Le clergyman de l'Église d'Angleterre Henry Maundrell 1697, le romancier britannique Williams Thackeray 1844, le consul britannique James Pinn 1857, le cartographe britannique Arthur Penrhyn Stanley 1862, le rapport du consul américain à Jérusalem 1880, rapport de l'ecclésiastique américain B.W. Johnson 1892, compte rendu de la commission royale britannique de 1913, Dawood Barakat, éditeur du journal égyptien AL-Ahram 1914 et Lewis French, directeur britannique du développement de la Palestine 1931.
 
 
Démographie de la Palestine.
 
 
Pour l'ancien professeur Alexander Schölch de l'université d'Erlangue en Allemagne, en 1850 la population de Palestine incluant la Transjordanie, (la Jordanie actuelle) avoisinaient les 350 000 personnes.
85 % de supposaient musulmans, 11% de chrétiens et 4% de Juifs, donc 300 000 supposaient musulmans.
La grande majorité de la population de Palestine était arabe depuis le VIIe siècle (soit depuis plus de 1 200 ans), l'affirmation mythique (1) « terre sans peuple pour un peuple sans terre » était déjà la patrie de 700 000 Palestiniens en 1919 !
 
 
Population palestinienne et juive (milliers) sous le Mandat britannique
 
 
 
 
Sources : 1922 et 1931 : recensements ; 1937 : estimation ; 1945 : enquête anglo-américaine ; 1947 : projection, d'après MidEast Web : « Population of Ottoman and Mandate Palestine Prior to 1948 », http://www.mideastweb.org/palpop.ht
 
 
Pourquoi supposaient musulman
 
Après des années de recherche, l'historien Tsvi Misinaï, affirme que 90 % des Palestiniens ont des ancêtres juifs, et que certains le savent.Selon lui, la vaste majorité des Palestiniens d'aujourd'hui descendent de familles juives qui ont réussi à éviter l'exil tout au long des 2 000 dernières années, ou qui sont revenues dans leurs villages après en avoir été chassés.
 
Il affirme les origines juives de l'émir Faiçal fils de Hussain, chérif de la Mecque, disant qu'elles étaient connues de tous, il est « Hachémite » de par son père donc un descendant de Mahomet et juif de la mère de son grand-père maternel.Il montrera sa bonne volonté en signant un accord de coopération avec Haïm Weizmann, chimiste et homme politique britannique, premier président de l'État d'Israël, à qui il écrivait également être conscient « de la parenté raciale et des liens très anciens qui unissent les Arabes au peuple juif »
 
 
Le 17 septembre 1969, le roi Fayçal Al-Saoud déclare au Washington Post :
 
Nous, la famille saoudienne, sommes cousins des Juifs : nous ne sommes absolument pas d'accord avec toute Autorité arabe ou musulmane qui montrerait un antagonisme quelconque envers les Juifs, mais nous devons vivre avec eux en paix.
Suite à la conférence de paix à Paris en 1919, le roi Fayçal adressera une lettre datée du 3 mars 1979 à Felix Frankfurter juge de la cour suprême des Etats-Unis :
 
"Cher M. Frankfurter, je veux profiter de l'occasion de mon premier contact avec des sionistes américains, pour vous dire ce que j'ai souvent été en mesure de dire au Dr Weizmann en Arabie et en Europe. Nous avons le sentiment que les Arabes et les Juifs sont des cousins de race, qu'ils souffrent d'une oppression similaire par des mains de puissances plus grande qu'eux-mêmes, et que, par un heureux hasard, ils ont été en mesure d'accomplir ensemble, un premier pas vers la réalisation de leurs idéaux nationaux. Nous, les Arabes, surtout les gens instruits parmi nous, regardons le mouvement sioniste avec la plus profonde sympathie... "
 
Et aujourd'hui, en Israël, mais pas seulement certains sont convaincu que ce peuple qui se fait appeler « les Palestiniens » se compose d'Arabes venus de diverses régions du Moyen-Orient pour profiter des opportunités d'emplois fournies par les Juifs.
Donc ces supposaient Palestiniens ayant des origines juives, ce seraient fixé dans des zones rurales dont la principale activité était l'agriculture, certains disent qu'on les trouve aujourd'hui au sud d'Hébron ?
 
Ce qui est plus que probable, c'est leur assimilation conséquence des invasions arabes, précédaient de celle des byzantins, leur attachement à la terre explique peut-être leur sédentarisation, contrairement aux déplacements des populations juive, les paysans étaient épargnaient par ses exils forcés, même lors du premier exil à Babylone, les paysans restèrent sur leur terre pour poursuivent sa culture, les conquérants ciblés, les personnes ayant un bon potentiel intellectuel comme le rapporte le livre de Daniel dans la bible :
 
Le roi ordonna à Achpenaz, chef de ses eunuques, d'amener, d'entre les enfants d'Israël, issus de la lignée royale et des familles nobles, des jeunes gens exempts de tout défaut corporel, beaux de figure, initiés à toutes sagesses, doués d'intelligence, versés dans les connaissances, et qui pourraient être admis dans le palais du roi, et de leur enseigner l'écriture et la langue des chaldéens. (Daniel chapitre 1, verset 3-4).
 
Cette population palestinienne aux 19 siècles était composaient en majorité de paysans pour qui la référence identitaire majeure était le clan, l'achat progressif des terres par l'agence juive qu'avait prédit Ahad Ha'am va progressivement les appauvris.
Effectivement pour les voyageurs étranges qui mentionnent un paysage sans vie en comparaison avec leur pays européen en voie de modernisation et d'industrialisation le contraste est brutal, cependant aucun ne mentionne la famine, ce qui prouve que la terre produisait suffisamment fruit du labeur des habitants.
 
Pour revenir aux supposaient origines juive des Palestiniens, il y a un problème que ne soulève pas Tsvi Misinaï, c'est la réforme du législateur Ezra, (bible, livre d'Esdras) qui imposera le matriarcat à la place du patriarcat, il faudrait revenir à la loi de Moïse, d'Abraham, Issac et de Jacob. Le rabbinat reste ferme sur cette condition, et étrangement plus souple lors des immigrations massives à destination d'Israël ?
 
 
Qui est Misinaï ? Et peu -il être pris au sérieux?
 
 
 
Tsvi Masinaï et Ovadia à Jérusalem devant son entreprise.
 
Il est Israélien, né à Jérusalem en 1946 de parent Juif ashkénazes passionné de l'histoire de la terre d'Israël de par son père, après un brillant parcourt dans le secteur du « high-tech », au début des années 80, il est le concepteur de « Sapiens » un logiciel très performant, connu dans le monde du secteur des assurances, cela lui a valu le prix Rothschild du développement industriel en 1982. C'est un pionnier de l'industrie du logiciel.
Aujourd'hui, il se consacre à l'histoire héritage de la passion de son père Haïm Avraham
(source Wikipédia)
 
Tsvi Misinaï n'est pas en recherche de reconnaissance dans son pays, il n'a nullement besoin de publicité pour gagner sa vie, il est un passionné qui certes dérange, choque même par ce qu'on nomme sa « théorie sur l'origine hébraïque des Palestiniens », surtout si on fait un parallèle avec ses deux déclarations :
 
Madame Golda Meir déclara le 15 juin 1969 au Sunday Time : "il n'y a pas de peuple palestinien... Ce n'est pas comme si nous étions venus les mettre à la porte et leur prendre leur pays. Ils n'existent pas.
 
 
 
 
Dans le journal le monde du 15 octobre 1971 : « Ce pays existe comme accomplissement d'une promesse faite par Dieu lui-même. Il serait ridicule de lui demander des comptes sur sa légitimité
 
L’intellectuel israélien Amnon Raz-Krakotzkin a mis en relief, d’une façon aussi précise que concise, le paradoxe de la position des fondateurs du sionisme : « Dieu n’existe pas et il nous a promis cette terre.(Denis Sieffert, « Eloge de la pensée binationale », Politis, 17 mai 2007).
Le Judaïsme en terre d’Israël est encore un ciment pour maintenir l’unité du peuple, mais à long terme ne va-t-on pas le vidé de son contenu métaphysique ? Yeshayahu Leibowitz, dans le livre « Peuple et Terre » à la page 176 à une réaction très forte sur l’instrumentalisation du judaïsme à des fins nationales.
 
 
Tsvi Misinaï est-il le seul à s'être posé la question sur les origines juives de certains Palestiniens ?
 
D'après mes recherches, en 1917, Ben Gourion a publié une enquête sur les origines des Fellahins, pour lui ils ont abandonnaient le judaïsme de leur ancêtres pour ne pas être chassés de leur terre par l'Islam conquérant et on fini par perdre leur identité originelle.
Ben-Zvi le premier président du jeune état d'Israël mènera une enquête sur ce sujet, il en publiera des commentaires dans le livre « Populations de notre Terre », il va néanmoins interrompre ses recherches à cause des tensions opposants arabes et juifs.
 
 
Petite synthèse.
 
Après la destruction du second temple en 70 et la révolte de Bar Kohva en 135, les Juifs vont se dispersaient d'eux même, d'autre y seront contrains par les Romains, et d'autres iront rejoindre leur parenté restaient à Babylone n'ayant pas suivi Ezra.
Il faut quand même savoir que suite aux révoltes contre les Romains, le livre qu'on appelle à tort, « Talmud de Jérusalem » n'est pas le fait d'une académie rabbinique de Jérusalem, mais des académies de Césarée, Séphoris et Tibériade. Les académies de Babylone vont rapidement gagnaient en renommée et en influence avec le « Talmud de Babylone ».
 
Jérusalem restera une ville symbole pour les Juifs, les chrétiens et également dans une moindre mesure pour les Arabes, « Al Qouds ou Bayt al-Maqdis, (Jérusalem en arabe) n'est pas dans le Coran.
Ce qui affirme que les Romains ont de force déplacé toute la population juive ne fournisse aucun document, surtout que les Romains n'agissaient pas ainsi.
 
Le dictionnaire encyclopédique du Judaïsme précise que le terme hébreu « Galout » qui désigner l'exil ou la captivité devint synonyme du grec, diaspora, c'est-à-dire la dispersion dans tout pays en dehors d'Erets Israël, où vivaient des Juifs, sans qu'il fût tenu compte de la façon dont ils y étaient parvenus.
 
Par la suite, la terre que les Romains appellent désormais la Palestine sera habitée par des paysans, « les Fellahs », bien que l'on sache qu'un noyau de population juive a toujours subsisté dans les villes telles que : Jérusalem, Safed, Hébron et Tibériade
Sous Jéroboam fils de Salomon, les tributs du Nord vont se séparaient des tributs du Sud, « dynastie de David », les invasions assyriennes, Araméennes et Babyloniennes aurons pour conséquence l'assimilation d'où les décisions radicales d'Ezra, (livre d'Esdras chapitre 9 et les versets 1 à 2, et également, le chapitre 10).
 
Est-ce déraisonnable de ma part de faire un parallèle avec l'histoire des Marranes, « Juif cachés au temps de l'Espagne musulmane et chrétienne ». Certains se convertiront par la force, mais au fond de même, ils ne renonceront pas à leurs croyances initiales, pour d'autre se sera une assimilation totale et une perte de leur identité, beaucoup de citoyens français dont les grands-parents étaient espagnols, ignorent les origines religieuses de leurs ancêtres.
 
 
 
 
L'Islamisation de la terre de Palestine va provoquer des conversions forcées comme pour les Marranes d' Espagne et également du Portugal, peut-on dire que l'Islam leur servira de couverture pour pouvoir resté en Palestine ? On les appellera les « Musta'arbim », (cachés comme arabes).
Lorsqu'en 1044, on lève le décret de 1012 des califes fatimides sur les conversions forcés, certains retourneront au judaïsme d'autre non, comme certains Marranes d'Espagne.
 
Les premiers colons sionistes vont cohabiter avec ces « Musta'arbin » qui s'expriment en arabes et d'autre également en hébreux, certains n'ont pas oublié l'histoire de leurs ancêtres qui effectivement, ce sont converti à l'Islam. Avec le temps, ils ont pris l'habitude de faire profil bas, car c'était le prix à payer pour demeurer au pays et pour ne pas souffrir de discrimination ou même de mourir, le problème, c'est qu'ils vont être traités par les colons sionistes comme les Samaritains dans le livre d'Ezra et de Néhémie.
Les Samaritains sont considérait comme des descendants de population étrangère.
 
Selon Israël Belkind, écrivain et fondateur du mouvement « Bilou », (mouvement de jeunesse juif nationaliste de Russie, 1882), dans son article « les Arabes qui sont en terre d'Israël » il donne certains détails qui prouvent l'enracinement des traditions ancestrales de certains palestiniens qui n'ont pas totalement oublié leur identité d'origine.
 
 
Qui est à l'origine de cette citation : une terre sans peuple pour un peuple sans terre ?
 
Alexander Keith, le penseur évangélique britannique la cite dans son livre, « la terre d'Israël selon l'alliance avec Abraham, Issac, Jacob »,  ainsi que l'écrivain britannique née dans une famille juive originaire de Russie dans la revue New. Libéral au début du 20 siècle.
Elle n'est le fait d'aucuns des deux, mais de nombreux chrétiens pour des motifs religieux dû à leur compréhension des prophéties sur le retour des Juifs en terre d'Israël, le « champion des champions » sera le révérant Williams Blackstone qui ira jusqu'à écrire au président américain Benjamin Harrison pour qu'il convoque une conférence internationale visant à rendre la Palestine aux Juifs., il veut faire de lui le Cyrus des temps moderne.
 
 
 
 
 
Williams Blackstone était un évangélique promoteur de la foi messianique dispensationaliste, pour ce courant de pensée le sionisme à une dimension eschatologique dont la finalité est le retour du Messie Jésus. Aujourd'hui, le « pape » de ce mouvement est le révérant John Hagee avec son organisation « CUFI «, (chrétiens unis pour Israël). Il s'associe souvent avec l'organisation « l'AIPAC » (American Israël Public Affaire Committee), très puissant lobby pro-israélien au Etats-Unis.
 
Egalement bien avant la déclaration Balfour, un autre personnage du nom de William Hechler de confession protestante  va être d’une aide précieuse pour Herzl, pour plus d’information, lire le livre de Claude Duvernoy, « le prince et le prophète », Vannes, Keren Israël, 1996.
Ignoraient ils, que des personnes résidées sur cette terre, la vérité, c'est qu'il s'en moqué un peu, peut être pensaient ils que Dieu les déplaceraient où qu'ils partent d'eux même, le problème, c'est que 70 ans plus tard une partie de cette population est toujours présente comme l'avait prédit Ahad Ha'am plus haut.
 
Le problème pour les chrétiens millénaristes et les juifs sionistes, c'est que la grande majorité des Juifs restent en diasporas, pour les premiers, il faut que tous les juifs soient en terre d'Israël pour que le Messie Jésus revienne afin d'y régnaient pendant mille ans afin qu'ils se convertissent. Pour les seconds, c'est gênant, parce qu’Israël est sensé être le foyer de tous les juifs
Je ne suis pas certain que la majorité des Juifs de la diaspora se sente moins en sécurité que s'ils étaient en terre d'Israël ?
 
 
Critique du sionisme.
 
Le journaliste et essayiste français, Dominique Vidal, commentant le rapport Rufin dans les colonnes du Monde Diplomatique du 21 octobre 2004, affirmait intelligemment : « La référence même au sionisme est discutable.
Le mouvement créé par Theodor Herzl en 1897 se fixait en effet pour objectif l'établissement d'un État juif. Or, depuis le 14 mai 1948, Israël existe. Ce n'est donc plus du sionisme qu'il s'agit, mais d'un État, dont, comme tous les États, la politique intérieure et extérieure peut être analysée et, le cas échéant, critiquée. » Toutefois, force est de constater que la dérive du projet sioniste a engendré un nouveau sionisme « radical », un « néo sionisme ultra », en particulier depuis la seconde Intifada, marquée par le soulèvement des Palestiniens, le 28 septembre 2000. Il est donc parfaitement naturel que ce néo sionisme ait à son tour provoqué une réaction tout aussi radicale.
 
Les sionistes disent les « Palestiniens » sont un mythe et la raison qu'ils ont de s'inventer « peuple de Palestine » est pour justifier leur présence en Israël, ils sont donc des spoliateurs et des falsificateurs de l'histoire.
Bien entendu, les Palestiniens accusent les Juifs de la même chose, et depuis bientôt 80 ans sa continue.
 
Alors on fait référence à un verset de Deutéronome 32 : 21 : eux, m'ont irrité par des dieux nuls, m'ont contristé par leurs vaines idoles, et moi, je les irriterai par un peuple nul, je les contristerai par une nation indigne.
 
Il est difficile de croire que les arabes palestiniens soient des polythéistes ? Ou même des idolâtres ? Ou qu'ils soient un peuple nul ? La torah ne doit pas être défigurée pour servir maladroitement d'argument.
(Source internet : Likoud, le Mythe du peuple palestinien).
 
 
Existe-t-il une solution ?
 
Si dans les années 80, on m'avait demandé si je voyais une solution au régime de l'apartheid en Afrique du Sud, j'aurais en toute honnêteté répondue par la négative, et pourtant à la grande surprise générale deux hommes que tous opposèrent vont prendre en compte l'intérêt général, Frederick de Klerk qui prend la succession de Botha à la tête du pays va entamer des négociations avec Nelson Mandela.
 
En 1992, suite à un referendum, 68 % des blancs approuvent les négociations constitutionnelles avec l'organisation l'ANC à l'origine fondation de la SANNC, (South African Native National Congress).
Et enfin, 1993, c'est l'abolition de l'apartheid.
 
Pour rendre possible une paix durable, il faut que les deux camps opposaient le veuille réellement ?
À la différence de l'Afrique du Sud, dans le conflit qui opposent les Juifs au Palestinien il y a une dimension religieuse instrumentalisée par les uns et les autres, mais pas seulement, dans ma conclusion qui suit, je donne mon ressenti sur ce que j'appelle « le fait religieux ».
 
 
Conclusion
 
Les trois plus grandes religions, judaïsme, christianisme et l'Islam affirment que l'espèce humaine sont des créatures de Dieu, appelaient à bien vivre ensemble, mais qu'en est-il en réalité, car elles sont source de conflits permanents depuis des siècles.
Ce qui fera dire à Victor Hugo :
 
"Enfer chrétien, du feu. Enfer païen, du feu. Enfer mahométan, du feu. Enfer hindou, des flammes. A en croire les religions, Dieu est né rôtisseur."
 
Mon avis est que si l'athéisme sous l'appellation « laïcité » devenaient une sorte de religion, à son tour, elle deviendra intolérante, car cela fait partie de la nature humaine.
 
Le philosophe, écrivain et physicien allemand Georg Chrisoh Lichtenberg s'interrogea :
 
« N'est-il pas étrange de voir les hommes combattre si volontiers pour leur religion et vivre si peu volontiers selon ses préceptes ? »
 
Les institutions religieuses affirment être  en mission pour Dieu, qu’elles expriment sa volonté pour le bien-être de l'humanité, cependant le résultat est catastrophique, le conflit entre Israël et les Palestiniens en est la démonstration, mais la vérité, c'est que ces trois religions dominantes sont en conflit depuis des millénaires dans le monde entier, dressant hommes contre hommes.
 
On parle de l'intégrisme de l'Islam, alors qu'il est inhérent aux trois religions dominantes, on est insidieusement porté à rejeté son non-coreligionnaire qui ne pense pas comme nous, ce rejet peut aller jusqu'à la haine ou la diabolisation, parce que chacun pense que sa religion est la meilleure.
 
 
 
 
Je suis un croyant qui ne peut admettre certaines inepties véhiculées par ces trois religions, avec un recul de 35 années,j'ai constaté que, Rabbin, prêtre, pasteur et Imams n'aiment pas la réflexion, ils se l'interdissent à eux même et donc à tous les membres de leurs congrégations. Il y a comme une sorte de chantage sur la croyance en Dieu dans ces trois religions dominantes :
 
Ou je crois dans une de ses trois religions ou je suis un non-croyant ou un être satanique, dans le premier cas, je dois obéir en tout points et tout accepté, telle est la règle établie par les hommes de religions.
Je me pose une question sur le conflit en Palestine en ses termes : est-ce que des dirigeants se servent de la religion pour leurs propres intérêts ?
 
Claire Veillères dans son livre, « Guerre et Paix » mentionne une période qui fait exception, la période entre le VIII et le XI siècle en Espagne. En Andalousie, les conquérants arabes et berbères, une population juive et des chrétiens espagnols vécurent ensembles. Chacun conserva son culte, suite à un arrangement d'ordre économique, ils ne furent pas soumis à la charia, les jours chômés étaient le vendredi pour les musulmans, le samedi pour les Juifs et le dimanche pour les chrétiens.
 
 
 
 
Ce mélange des cultures, des langues et des religions provoquera l'épanouissement de toutes les grandes disciplines de l'époque : littérature, architecture, médecine, mathématique et philosophie, nous avons là un exemple qui montre qu'une cohabitation pacifique est possible, peut-on nourrir un espoir de paix en terre de Palestine ?
Pour répondre à cette question, je vais citer le conteur, linguiste, philosophe allemand, Jacob Ludwig Karl Grimm ainsi que l'écrivain Irlandais Jonathan Swift :
 
J.L.K. Grimm
"Les hommes, dans tous les temps, ont fait de la religion un instrument d'ambition et d'injustice."
 
J. Swift
"Nous avons tout juste assez de religion pour nous haïr, mais pas assez pour nous aimer les uns les autres."
 
Aujourd'hui, on critique la diversité des cultures, on systématise certaines d'entre elles, qui provoquent un repli sur soi, (le communautarisme).
La personne de Jésus est présentée par certains Juifs modérés comme un maître de sagesse qui enseigna la façon d'articuler la foi et la pratique de celle-ci dans notre quotidien, ils rejettent le fait qu'ils soient rédempteur et prophète eschatologique.
 
Personnellement, ma perception de Jésus, ce n'est pas la thématique de la colère et du châtiment, mais le fait qu'il représente le Créateur comme aimant et miséricordieux, et que cela s'adresse à tous ceux qui lui font allégeance et pour ceux qui s'y refusent, il « garde les bras ouverts «
En tant qu'homme de foi non institutionnalisé qui confesse la Messianité de Jésus, ma « religion » à moi, c'est dialoguer, avec comme règle le respect de l'autre.
Un des premiers effets dans ma vie suite à mon expérience spirituelle à Londres, c'est d'œuvrer à multiplier les bonnes actions sans forcément attendre quelque chose en retour.
 
La Torah dit :
 
L'homme bon assure son propre bonheur, mais l'homme cruel se prépare des tourments. Le méchant fait une œuvre vaine ; mais qui sème la justice récolte une vraie récompense. La vertu est un gage de vie ; qui poursuit le mal à la mort. L'Éternel a en horreur les cœurs tortueux, mais il aime les gens intègres. (Proverbes 11 : 18-20 ).
 
Je rêve qu'un jour, ou pourra en toute liberté exposée le contenu et les raisons de sa foi en Dieu, que les Prêtres, Pasteurs, Imams et Rabbin l’accepteront afin que les peuples choisissent librement une voie, après une longue réflexion.
Jésus en son temps, parler aux peuplades Judéennes, certains, on acceptait son message d'autre nom, ces plus farouches opposants étaient les « élites religieuses », pensaient ils que le peuple n'étaient que des moutons ayant besoin qu'on les assiste dans leur choix ?
Il faudrait que cessent les menaces et les interdits a l'égard de ceux qui voudraient écoutaient d'autre discours sur la foi en Dieu, parce que cela est de l'intolérance, un abus de pouvoir et de la dictature religieuse.
 
La Torah dit :
 
Mettez-vous en quête de l'Éternel et de sa puissance, aspirez constamment à jouir de sa présence. (Psaumes 105 : 4 ).
 
Pourquoi se mettre sous le joug de la religion ? N'est-ce pas justement le cœur du problème ?
Jésus à reproché aux religieux de ne pas pratiquer eux même ce qu'ils enseignaient au peuple, d'imposer des fardeaux qu'ils ne portaient pas, de prendre soin de leur apparence extérieure pour être craint, de convoiter les premières places, de prendre plaisir à être appelé Maître, de maintenir le peuple dans l'ignorance afin de se rendre indispensable voire incontournable, d'être attachaient aux pierres plus qu'a Dieu lui-même ? (Matthieu 23).
 
Dire que cela ne concerne que les religieux pharisiens de son époque et que les choses ont changé aujourd’hui c’est ou de « l’idéalisme angélique » ou de l’ignorance ou de la très mauvaise foi ?
Je termine en vous laissant un témoignage pour que chacun se pose une seule question, qui manipule qui ?
On nous parle d’un devoir de mémoire, et bien je l’exerce comme un acte de reconnaissance envers le courage de certains musulmans de France pendant l’occupation :
 
 
La mosquée de Paris, un refuge pour des juifs sépharades
 
 
Mohamed Mesli a découvert dans une valise, il y a quatre ans, l’incroyable vie de son père, Abdelkader Mesli. Il l’a peu connu, car il avait à peine dix ans quand il est mort, en 1960.
Abdelkader Mesli, orphelin algérien, est arrivé à 17 ans à Marseille. Il a commencé par être docker et charpentier, puis mineur en Belgique. Dans les années 1930, il est l’un des cinq imams de la mosquée de Paris. Pendant l’occupation allemande, dès 1940, les juifs doivent fuir ou se cacher.
 
 La mosquée de Paris devient un refuge pour certains juifs séfarades. Abdelkader Mesli, dans l’équipe du recteur, en abrite quelques-uns, délivre des certificats de religion musulmane ainsi que des tickets de rationnement à des familles. 
« Mon père a participé à cette forme de résistance », explique Mohamed Mesli.
 
Dénoncé à la Gestapo, torturé puis déporté en juillet 1944, il ne révélera jamais les noms des membres de son réseau. Libéré du camp de Dachau en mai 1945, il prendra finalement la tête de la mosquée de Bobigny dans les années 1950.
Rabbi Moshé Loeb de Sassot à écrit,:d’un paysan j’ai appris ce qu’est le véritable amour des hommes : aimer son prochain, c’est ressentir ses besoins et endurer sa souffrance.
 
Jean-Jacques Albors
 
 
 

 

18 commentaires

1 - dimanche 05 juillet 2015 @ 09:02 Serrurier Paris a dit :

Hello,

Super, merci pour l'info

2 - samedi 22 août 2015 @ 19:45 code uber a dit :

Excellent article. je vous remercie pour l'effort :)

3 - jeudi 27 août 2015 @ 11:34 Emrys a dit :

Merci de prendre la peine d’éveiller les consciences ! merci

4 - jeudi 03 décembre 2015 @ 21:32 Emma a dit :

Merci pour l' information, Explications vraiment au top

5 - lundi 07 décembre 2015 @ 13:05 Vieux port Marseille a dit :

C'est vrai que c'est un article très complet. Merci d'avoir pris le temps d'exprimer votre point de vue de façon aussi claire.

6 - vendredi 12 février 2016 @ 11:02 David a dit :

Superbe article et beau travail de recherche. J'aime ta façon d'appréhender ta foi en Dieu. Continu comme ça !

7 - dimanche 28 février 2016 @ 13:09 poildecarotte a dit :

Bonjour. Rapportez-vous à l'écrivain
HADRIAN RELAND qui à écrit en 1695 Voyage en Palestine .

8 - dimanche 28 février 2016 @ 15:38 albors a dit :

@poildecarotte :



Les lecteurs de ce blog ont parfaitement le droit de prendre connaissance des écrits du savant et philologue Adrian Reland , la recherche de la vérité doit être dépassionnée , et il faut prendre beaucoup de recul pour, si cela est possible ce rapproché de la vérité.
Merci pour votre contribution.

9 - vendredi 29 juillet 2016 @ 03:45 AmandineItalicus2 a dit :

Je vous remercie pour cet article, c'est exactement ce que je cherchais !

10 - dimanche 22 janvier 2017 @ 12:44 André a dit :

"Personnellement, je donne plus de crédit au rapport d'Ahad Ha'am, il me paraît plus pertinent et plus objectif, les occidentaux ont un point de vue assez réducteur et partisane, (pour des raisons eschatologiques) sur le devenir de cette terre d'Israël."
__________

Et Ahad Ha'am, opposé au sionisme politique et donc à la création d'un Etat Juif, n'a t-il pas une bonne raison pour décrire l'inverse que des dizaines d'autres voyageurs ont décrit ?

Tous des menteurs ou peu objectifs pour des raisons "eschatologiques" ? Tous sauf un ? Étonnant...

Quant au recensement de la population arabe que vous citez il englobe la partie Est du Jourdain, soit en superficie trois fois la partie Ouest. C'est cette dernière, la Judée-Samarie, qui était beaucoup moins habité par les arabes et quasi déserte en mainte endroits...

11 - lundi 23 janvier 2017 @ 17:46 albors a dit :

@André :
Aujourd'hui, ces personnes ne peuvent plus répondre à nos questions, chacun est en droit de se faire sa propre opinion, c'est pourquoi je prends en compte vos remarques avec respect.
Merci pour votre intervention.

12 - vendredi 17 mars 2017 @ 15:56 ‘Ami Artsi עמי ארצי a dit :

Outre le fait que les chiffres que vous avancez soient complètement erronés (ainsi que beaucoup d'autres aspects de votre article), vous semblez également ignorer que ceux que l'on appelait "Palestiniens", jusqu'en 1948 était les Juifs de Palestine.

Lorsque l'Etat d'Israël a été créé, ils firent appelés "Israéliens".

Les Arabes, eux, n'ont été appelés "Palestiniens" qu'après le discours de Yasser Arafat de 1965 dans lequel il voulait donner une dimension nationaliste au soulèvement des Arabes contre les Juifs.

Ce n'est pas pour rien que le monde entier et les médias appelaient ce conflit de 1948 à 1965 "le conflit israélo-arabe".

Ca fait partie d'un certain nombre d'éléments essentiels pour comprendre ce conflit que beaucoup de gens ont oublié... Tout comme le fait que la "Cisjordanie" n'a eu ce nom que très récemment dans l'Histoire de la région. Lorsque les Anglais ont unilatéralement offert 78% de la terre sur laquelle devait s'ériger l'Etat juif aux Arabes hachémites, ne laissant aux Juifs que 22% du territoire en question (22% que les nations tentent encore de rogner depuis), les Arabes hachémites ont créé sur ces 78% le Royaume de Transjordanie (qui devint un peu plus tard "la Jordanie"). La Jordanie avec 4 autres armées régulières arabes (l'Egypte, l'Irak, la Syrie et le Liban) ont attaqué le tout jeune Etat juif au lendemain de sa proclamation d'indépendance, en 1948.

L'Egypte a occupé jusqu'à la bande de Gaza, la Jordanie a conquis la Judée-Samarie.

Un cessé le feu a été décrété et signé par les différents pays en présence. Le document signé a stipulé explicitement que le tracé au crayon vert n'indiquait pas le tracé de frontière mais la position des uns et des autres lors du cessé le feu.

Lorsque ces 5 armées arabes ont voulu relancer contre Israël une nouvelle guerre d'anéantissement en 1967 et que Israël les a repoussées jusque dans leurs propres frontières, libérant la partie Est de Jérusalem et toute la Judée et la Samarie, sous contrôle jordanien depuis la 1ère offensive des armées arabes, la Judée-Samarie a été renommée par les français "la Cisjordanie" (comprendre "Cis-Jordanie", l'autre côté de la Jordanie) et par les anglais "West bank" (la rive occidentale... Cette appellation peut être comprise de deux façons différentes : la rive occidentale du Jourdain ou la rive occidentale de la Jordanie... Mais pourquoi s'il s'agissait du 1ère sens, n'avoir pas renommer une partie de la Jordanie "East bank" ? Le propos est donc clair : il s'agit d'un soutien occidental déclaré à la guerre contre les Juifs et à la conquête jordanienne.

https://jsuisjreste.wordpress.com

13 - dimanche 19 mars 2017 @ 23:13 albors a dit :

@‘Ami Artsi עמי ארצי :
Merci pour votre réaction à mon article, il est possible que mes chiffres sourcés soient erronés, j’aimerais connaître les vôtres et leur source, dans mon article il y a des sources que je cite, votre réponse est une opinion partisane que je respecte.
Avoir une analyse objective sur ce conflit millénaire est impossible à mes yeux, si vous avez lu la totalité de mon article vous avez remarqué ma neutralité, l’issue finale de ce conflit n’est connu que Achem, la souffrance d’une veuve ou d’une mère qu’elles soient Arabes ou Israélienne est identique, pour Achem une seule vie est importante, il est clair que les humains ont une appréciation différente.

14 - lundi 20 mars 2017 @ 01:29 ‘Ami Artsi עמי ארצי a dit :

Mes sources ? Elles sont partout... Vous pouvez vérifier mes propos. Aucun d'entre eux n'est qu'une simple opinion et aucun d'entre eux n'est partisan.

Mais je vois que vous n'êtes pas disposé à faire ces recherches et vérifications, si vous l'étiez, vous les auriez déjà faites, et vous ne remettriez pas d'emblée la véracité de mes propos en doute en les qualifiant d' "opinion" en allant même jusqu'à y coller l'adjectif "partisane" sans même vous être assuré, au préalable, que vous pouviez vous le permettre au nom du fait que mes propos n'auraient pas été fondés ou pas vérifiables...

Votre parti pris est manifeste. Il s'affiche avant même la moindre vérification, et même... Il s'affiche en lieu et place de toute vérification.

Pour ce qui est de la souffrance d'une veuve ou d'une mère, qu'elles soient Arabes ou Israéliennes, nous sommes bien d'accord sur le principe général mais il ne faudrait pas que vous oubliez la shehida qui fait que certaines mères arabes sont fières que leur enfant devienne un shahid (un martyr) et meurt au nom d'Allah après avoir tué ou en tuant des Juifs.

Vous pouvez vous visionner des documentaires sur le sujet avec des femmes arabes "palestiniennes" s'exprimant sur le sujet (MEMRI -Middle East Media Research Institute, ou encore Palestinian Media Watch)...

Je vous propose aussi de vous informer sur les friandises distribuées dans les rues dans la bande de Gaza et en Judée-Samarie (dans les territoires sous contrôle palestiniens) dès qu'un attentat verse le sang de civils juifs !

En tant que Juif, je suis 100% d'accord avec vous : aucune vie n'a plus de valeur qu'une autre, toutes sont précieuses,... Mais il n'est pas certain (et quand je dis cela, c'est un euphémisme !) que les Arabes dits "palestiniens" pensent la même chose que nous, les Juifs, à ce sujet là.

15 - lundi 20 mars 2017 @ 20:21 albors a dit :

@‘Ami Artsi עמי ארצי :
Vous avez raison, je n'ai pas fait de recherche pour valider vos dires, mais pour une raison de temps, pourquoi je parle d'opinion partisane ?
C'est parce-qu'il m'est difficile d'avoir un réel dialogue avec quelqu'un qui semble avoir une opinion ferme et définitive.

Je crains que l'identification, l'obsession de s'accrocher à tout prix à un état se substitue aux valeurs initiales de l'enseignement de la Torah, comme la miséricorde et l'humilité , le nationalisme est une identité fragile.

Le rabbin Haïm Soloveitcik ( 1853-1018) un érudit talmudique de renom disait : le but du
Sionisme n'est pas de créer un État. Son vrai but est d'éloigner les Juifs de la Torah.
Leibowitz soulèvera également cette critique.

Vladimir Jabotinsky actionné également ce levier de la fierté nationale, l'enseignement qui aujourd'hui influence ma vie et qui me donne une identité, c'est l'enseignement des Évangiles, il m'est difficile de croire qu'un peuple puissent opprimer un autre peuple au nom de la Torah, du Coran ou des Évangiles, l'exemplarité morale est la marque identitaire des vrais croyants.

Je suis un partisan de la paix, quelqu 'un qui désire conserver une piété sereine et de vivre en harmonie avec tous les hommes. Il n'y a pas de guerre juste, mais des guerres partisanes, les faire au nom de Dieu est un blasphème.

Comparons l'eau à la Torah, pourquoi ? Parce qu'à l'image de l'eau qui repose en un lieu élevé et coule toujours vers le bas, les paroles de la Torah ne subsistent pareillement que chez celui dont l'esprit s'abaisse toujours davantage. Ainsi, la Torah coule de l'eau de haut en bas et ne subsiste que chez celui qui se fait « bas » , Moïse en est la parfaite illustration.

Ce que notre civilisation à le plus besoins ce n'est pas d'hommes qui justifient ou expliquent que la guerre est inéluctable ou quelle est une réponse , la seule approprié pour ce défendre , mais des hommes exemplaires déterminaient à promouvoir la paix , la paix est une vertu morale et la vérité une vertu intellectuelle selon le livre de Zacharie 8 : 19 , « aimez la vérité et la paix » .

Abraham ne c'est pas contenté d'être un juste pieux pour lui même , il rayonnera de par son exemple et il enseignera à tous les hommes la voie qui mène à Dieu , aujourd'hui ses hommes sont rares .
La vie au présent est une grande occupation qui cause beaucoup de souci alors que c'est la vie du monde futur qui doit être la priorité de l'homme de foi qui s'attache à l'enseignement divins,

Une majorité de Juifs ne croient pas que Jésus est le Messie, parce-que pour eux , le loup et l'agneau en sont toujours au même point qu 'il y a deux mille ans , en conséquence un monde de paix, d'abondance et d'amour n'est toujours pas advenu , mais les agneaux seront t'-ils capable de vivre côte à côte en paix ?
Jésus répond à la question par une autre question, « si vous ne vous aimaient pas les uns et les autres comment vos contemporains croiront ils à mon message ?
Pour que nos contemporains prennent la bible au sérieux, il faut que ceux qui s'y référent sois également sérieux.

Je sais que je ne réponds pas directement à vos questions, sur ce blog, je refuse de relayer certains sujets trop sensibles et vous me confortez dans ce choix.

Shalom .

16 - dimanche 18 juin 2017 @ 00:26 New Hindi Songs 2017 a dit :

Somebody necessarily help to make critically posts I would state.

This is the first time I frequented your website page and up to now?
I surprised with the research you made to create this
actual post extraordinary. Magnificent process!

17 - jeudi 31 août 2017 @ 20:23 Cream hn original hetty nugrahati a dit :

Do you mind if I quote a couple of your posts as long as I provide credit and sources back to your website?
My website is in the exact same niche as yours and my users would really benefit from some of the information you
provide here. Please let me know if this okay with you. Many thanks!

18 - jeudi 31 août 2017 @ 23:25 albors a dit :

What is your interest?

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot ptvlw ? :