Avons-nous bien compris ?

Je me rends compte qu'il existe depuis toujours un « esprit moutonnier », dans des conversations les gens emploient des expressions à la mode, quand je parle de l'état du monde actuel, un chrétien me répond souvent : 

 

c'est la fin des temps, c'est bientôt le retour de Jésus, le diable est à l'œuvre !

En fait, ils parlent comme des perroquets parce que c'est plus facile que de chercher à comprendre, à réfléchir ou à s'interrogeaient, alors ils rabâchent comme des phonographes.


À peine Jésus-Christ était monté dans les lieux célestes que déjà, son retour imminent était annoncé, Paul dira aux Thessaloniciens : pour ce qui regarde l'avènement de notre Seigneur Jésus-Christ, et notre réunion avec lui, nous vous prions, frères, de ne pas vous laisser troubler par quelque inspiration, ou par quelque parole, ou quelque lettre qu'on dirait venir de nous, comme si le jour de Christ était proche.
Aujourd'hui, l'apôtre dirait : quelques articles sur internet !


Dans les milieux religieux dès l'instant où on questionne sur les enseignements ou alors qu'on doute, on nous juge négativement et pourtant, les disciples de Jésus-Christ, souvent, lui demandaient des explications, sans qu'il leur face le moindre reproche !


Avec des millénaires de recul des gens par méconnaissance de l'histoire continue à dire « que la religion aide les gens à mieux vivre » alors qu'elle divise plus qu'elle ne rapproche.
Un mouvement religieux pour pouvoir existé doit s'adapter avec la société dans laquelle il est ? Il suit les évolutions de celle-ci, cela est une nécessité pour une religion qui n'est fondée qu'en apparence sur la bible pour les chrétiens ou le coran pour les musulmans, elle est une « coquille vide »


Esaïe chapitre 8 : 19-21.


Si l'on vous dit : « Allez consulter nécromanciens et devins, ceux qui chuchotent et marmottent ; n'est-il pas vrai que tout peuple interroge son Dieu ? Qu'il s'adresse aux morts en faveur des vivants ?
Tirez-en un enseignement, une leçon assurément, on préférera des paroles de ce genre qui n'ont pas une lueur de raison. Aussi, les gens circulent-ils dans le pays misérables et affamés ; quand la faim les presses, ils s'emportent, maudissent leur roi et leur Dieu et se tournent vers le ciel.


Sens de ce texte :


Notre choix a toujours été entre le Dieu vivant et les manifestations du paganisme, c'est-à-dire Dieu avec toute sa Parole, ou le vide avec toutes ses manifestations, c'est ce que Jésus annonce à la femme samaritaine, si l'Église est bâti sur autre chose que la Parole exclusive de Dieu, il est inéluctable qu'elle ne se débarrassera jamais de l'idolâtrie.
Si nous avons la foi fondée sur la bible, les sentiments et les sensations n'ont que peu d'importance, ce sont bien les païens qui les recherchent parce que leur cœur est vide et qu'ils n'ont aucune certitude sur le témoignage que Dieu rend de lui-même dans la bible !

 

Durant toute notre vie terrestre nous devront rendre témoignage de la réalité du sacrifice de Jésus par le témoignage de notre vie, et c'est cela que Jésus appelle l'Église.


Évangile de Jean chapitre 4 : 23


Mais l'heure vient, et elle est déjà venue, que les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité, car le Père demande de tels adorateurs.
Ce n'est pas en pratiquant la religion des œuvres ou en recherchant des pratiques émotionnelles qu'on vivra cette réalité de communion avec notre créateur.


Ce que je comprends du dialogue entre Jésus et la Samaritaine.

 


À cette époque, la communauté samaritaine était perçue par les Juifs comme faisant partie des païens, Jésus le savait, et il va renvoyer tout le monde dos à dos :
Du point de vue des sages d'Israël, eux seul rende le vrai culte à Dieu et à l'endroit que Dieu approuve « le temple de Jérusalem », bien sûr les Samaritains sont d'un autre avis !
Jésus donnera tort aux deux partis : Jésus rejette leur adoration parce que celle-ci est faite mécaniquement, sans intelligence avec le support d'une religion, qui préconise un rituel charnel qui ne les élèvent pas vers le créateur leur Père !


An verset 21, il dit : femme, crois-moi ; le temps vient que vous n'adorerez plus le Père ni sur cette montagne, ni à Jérusalem.
Au verset 22, Jésus fait une autre déclaration qui mérite une mise au point !
Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; pour nous, nous adorons ce que nous nous connaissons ; (car le salut vient des Juifs).
Le salut vient des Juifs, sont-ils pour autant les véritables adorateurs que Dieu cherchent ? Sont-ils spirituellement plus éclairés que les autres ?


Et bien dans cet échange, avec cette femme Jésus annoncent le véritable culte en Esprit que le Dieu Créateur désire voir pratiqué, ce qui n'est pas encore le cas.
L'apôtre Paul l'a bien compris, puisqu'il écrira aux Corinthiens : ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous ? (1 Corinthiens 3 : 16 ), il dira aux Ephésiens : vous êtes édifiés ensemble, pour être la maison de Dieu par l'Esprit et il ajoute que Jésus est la pierre angulaire ! (Ephésiens 2 : 22,20 ).


Avons-nous bien compris le statut du peuple Hébreu ?

 

 

Au début de mon article, je parle d'un « esprit moutonnier », de rabâchage semblable à un phonographe, et bien cela concerne également l'expression : « Peuple élus »
Il est clair que c'est Dieu qui a choisi Israël, on le découvre à la lecture du deutéronome, mais attention rien dans l'ancien testament ne nous autorise à affirmer que : l'élection du peuple hébreu et la donation de la terre de Canaan par Dieu ont été motivées pour des critères de perfections morales spirituelles.


Deutéronome 9 : 6-7 : Sache-le, ce n'est pas pour ta vertu que l'Éternel, ton Dieu, t'accorde la possession de ce beau pays, puisque tu es un peuple réfractaire.
Verset 7 : rappelle-toi, n'oublies jamais, combien tu as mécontenté l'Éternel, ton Dieu, dans le désert ! Depuis le jour où tu es sorti du pays d'Egypte, jusqu'à votre arrivée en ce lieu-ci, vous avez été rebelles envers le Seigneur !


À la page, 490 « ordres MO 'ED », « TA'ANITH » du talmud de Babylone, il est écrit : « Lorsque le saint, béni soit-il, a fait le tour de toutes les nations (en leur proposant) la Thora, aucune n'a voulu l'accepter, sauf Israël «
La bible ne rapporte pas cela, il faut que les chrétiens qui aiment Israël sache exactement ce à quoi les Juifs croient et pour cela, il faut qu'ils lisent le Talmud, ils vont découvrir ce qu'est la croyance juive d'aujourd'hui, il y a un décalage avec les enseignements donné dans les écoles bibliques sur ce sujet.

Etre le peuple élu de Dieu signifie « devoir » et pas seulement des « droits » ou « privilège », pour comprendre cela je vous recommande la lecture D'Amos, dès l'épisode du Mont Sinaï l'élection D'Israël implique un niveau élevé de responsabilité dans laquelle il va échouer, l'erreur d'Israël et des églises chrétiennes c'est de faire croire qu'ils ont une prise sur Dieu, l'homme doit rester à sa place et faire allégeance à Dieu.


Dans le livre d’Amos, il est écrit : voici, des jours vont venir, dit le Seigneur Dieu, où j'enverrai de la famine dans le pays ; ce ne sera ni la faim demandant du pain ni la soif de l'eau, mais le besoin d'entendre les paroles de l'Éternel.
Alors on sera errant d'une mer à l'autre et du nord au levant, on se répandra partout pour chercher la parole de l'Éternel, et on ne la trouvera point. (Amos 8 : 11-12 )
Suite d'Amos 9 : 10 : périront (seul) par le glaive tous les pervers d'entre mon peuple, ceux qui disent : « Le malheur ne saurait nous approcher ni nous surprendre ».


Pervers se réfère à l'argent, parce qu'il est écrit dans le Deutéronome 15 : 9 : garde toi de nourrir une pensée perverse en ton cœur, en te disant « que la septième année, l'année de rémission approche » et, sans pitié pour ton frère nécessiteux, de lui refuser ton secours ; il se plaindrait de toi au Seigneur, et tu te rendrais coupable d'un péché.


L'assurance de la foi est une qualité, l'assurance orgueilleuse est un défaut, les paroles de Dieu ne sont retenues que par un esprit modeste, Isaïe dit : ah tous, vous avez soif, venez, voici de l'eau ! Vous n'avez point d'argent, venez, approvisionnez-vous et manger gratuitement, sans rétribution, venez, fournissez-vous de vin et de lait ! (Isaïe 55 :1 ).
Ces trois liquides peuvent être conservés dans les plus humbles des récipients, quand on se croit riche, on se dit, mais pourquoi ne pas mettre son vin dans des récipients d'argent et d'or !

 

Alors on le met dans des récipients d'argent et d'or et le vin devient aigre ! Tout comme des personnes en qui les paroles deviennent aigres pour leur absence d'humilité.


La destruction du temple en l'an 70 à mi un terme à la prêtrise et aux sacrifices, dans le judaïsme, on parle de rabbin et non de prêtre, les partisans de la théologie du remplacement ont restauré la prêtrise, le cérémonial, ils pensent être le nouveau Israël, décidément l'homme est long à comprendre les erreurs du passé, annulant les avertissements de Jésus.


N'appelez personne sur la terre votre père, car vous n'avez qu'un seul Père, celui qui est dans les cieux, à la disparition des apôtres, c'est le retour des pharisiens, mais ils ne sont pas juifs !
Jésus à était plus que clair : que le plus grand d'entre vous soit votre serviteur, car quiconque s'élèvera sera abaissé ; et quiconque s'abaissera sera élevé. (Matthieu 23 : 9 ; 12)
Le livre de l'exode au chapitre 20 et au verset 23 : ne m'associez aucune divinité ; dieux d'argent, dieux d'or, n'en faites point pour votre usage.


Cette interdiction ne concerne-t-elle que les dieux d'argent et d'or ?
Est-ce que les dieux de bois et de pierre sont permis ?
Où s'agit-il en fait du dieu qui s'est fait dieu grâce à l'argent ou grâce à l'or ?


Pour conclure cette étude, voici encore un passage d'Isaïe 66 : 1-2 qui sont en adéquation avec l'échange de Jésus et la femme samaritaine : ainsi parle l'Éternel ; le ciel est mon trône et la terre mon marchepied ; quelle est la maison que vous pourriez me bâtir, le lieu qui me servirait de résidence ?
Mais tout cela, ma main l'a créé ! Tout cela est né d'une parole de l'Éternel ! Voici pourtant ce que j'aime à embrasser de mes regards ; les humbles, ceux qui ont le cœur contrit, ceux qui sont timorés, pour ma parole.

 

Jean-Jacques Albors

Version des passages bibliques de AT : Zadoc Kahn ,édition Sinaï, Tel-Aviv

Version des passages du NT : version D'Ostervald révisée, édition 1996

 

2 commentaires

1 - dimanche 29 novembre 2015 @ 10:38 Maelly a dit :

Hello, quel plaisir de lire ce genre d' information, je partage cette page sur mes reseaux sociaux

2 - jeudi 10 décembre 2015 @ 23:13 Maël a dit :

Hello, quel plaisir de lire ce genre d' information, je partage cette page sur mes reseaux sociaux

Écrire un commentaire

Quelle est la troisième lettre du mot swuf ? :