L'idolâtrie seulement les statues ?

 

Deutéronome 29 :23-25

Et quand ils diront, tous ces peuples : « À quel propos, l'Éternel va-t-il ainsi traiter ce pays ? Pourquoi s'est allumée cette grande colère ? » On répondra : « Parce qu'ils ont abandonné l'alliance de l'Éternel, Dieu de leurs pères, l'alliance qu'il avait contractée avec eux, après les avoir fait sortir du pays d'Egypte ; parce qu'ils sont allés servir des divinités étrangères et se prosterner devant elles, des divinités qu'ils ne connaissaient point et qu'ils n'avaient pas reçues en partage.

La première punition divine d'Israël s'est présentée sous la forme d'une armée Babylonienne, la deuxième fois, ce fut une armée romaine, et bien sûr pour la troisième ça spécule chez les musulmans, les chrétiens et les Juifs, l'eschatologie, c'est comme la finance !

Certainement, vous vous posez une question, mais en quoi Israël est-il idolâtre ?

Avant de répondre à cette question voici un autre texte du Deutéronome 31 : 18,29 :


Mais alors même, je persisterai, moi à dérober ma face, à cause du grave méfait qu'il aura commis en se tournant vers des dieux étrangers.
Car je sais qu'après ma mort (Moïse) vous irez dégénérant, et que vous dévierez du chemin que je vous ai prescrit ; mais il vous arrivera malheur dans la suite des temps, pour avoir fait ce qui déplaît au Seigneur, pour l'avoir offensé par l'œuvre de vos mains !


Moïse prophétise que le peuple Juif dans sa grande majorité se tournera vers des idoles vers la fin des temps !



Réponse à la question :

 

Le terme hébreu pour désigner l'idolâtrie est « Avodah Zarah » qui signifie se détourner des prescriptions de la torah, nier ou douté du contrôle de Dieu sur le monde !
En conséquence, adorer d'autres dieux ne signifie pas exclusivement rendre un culte à des statues.


Exemple : les partisans d'un retour en Israël accusent les Juifs qui restent en exil de faiblesse, car ils estiment qu'ils peuvent en sortir de leur propre initiative, par leur propre force, c'est une forme « Avodah Zarah » !
Dès le 19 siècles des Rabbins ont classé le sionisme dans la catégorie des croyances idolâtres et que cela causera des torts à la descendance d'Abraham !
Aujourd'hui, le souhait à chaque repas de Pessah est devenu une réalité pour certains Juifs : « l'année prochaine à Jérusalem », et pour certaines dénominations chrétienne une preuve prophétique !



Des Juifs sont retournés en Terre Sainte, d’autres sont libre de le faire, d'où qu'ils puissent être dans le monde. Israël aujourd'hui est un état créé en 1948, pour que le rêve soit complet, reste la nomination d'un roi et la destruction de Masdjid al Aqsa pour permettre la reconstruction du temple de Salomon.
Les Etats-Unis ont été le premier pays au monde à reconnaître le nouvel État d'Israël lorsqu'il a déclaré son indépendance en 1948. Depuis je constate, qu'ils sont les principaux protecteurs inconditionnels d'Israël ! N'est-ce pas une forme « Avodah Zarah » ?


Ainsi parle l'Éternel : maudit est l'homme qui met sa confiance en un mortel, prend pour appui un être de chair, et dont le cœur s'éloigne de Dieu ! (Jérémie 17 :5 )


Pour les sionistes qui estiment qu'on peut mettre un terme à l'exil de sa propre initiative, voici un démenti : Ils seront transportés à Babylone et y resteront jusqu'au jour où je me souviendrai d'eux, dit l'Eternel, pour les faire rapporter et réintégrer en ces lieux. (Jérémie 27 :22)

Deux textes montrent qu'il ne faut pas se joindre aux contradicteurs même quand ils proposent des projets qui semblent en conformité avec Dieu ! Pour renforcer la torah !



Osée 14 :9-10



Ephraïm, qu'ai-je donc de commun avec les idoles ? Moi seul, j'exauce, je vois tout semblable à un cyprès toujours vert, je suis la source de tous tes biens. Qui est sage pour comprendre ces choses, intelligent pour le reconnaître ? Droites sont les voies de l'Eternel, les justes y marchent ferme, les pécheurs y trébuchent.

 

Psaumes 1 :1



Heureux l'homme qui ne suit point les conseils des méchants, qui ne se tient pas dans la voie des pécheurs, et ne prend point place dans la société des railleurs.



Depuis toujours des rabbins disent que le sionisme n'a pas de racine dans la torah, les idées sionistes sont en contradiction avec le Judaïsme, mais aujourd'hui, à la différence du 19 siècles des rabbins soutiennent le sionisme et n'hésite pas à instrumentaliser la torah et le talmud pour légitimer celui-ci !

Ce que je regrette, c'est l'interdiction de débattre sur le sionisme, si on passe outre l'avertissement, on est taxé d'antisémite, et le fait d'être d'origine juive n'écarte pas cette accusation, même certains chrétiens vous accusent d'antisémite parce que pour eux le retour des Juifs en terre sainte signifie le retour prochain du Messie Jésus !


Les partisans du sionisme instrumentalisent le soutient des chrétiens, et les chrétiens formatés se refusent à toutes remises en question sur les circonstances historiques de l'histoire du sionisme, il existe aujourd'hui d'excellents ouvrages sur le sujet, mais cela demande un effort intellectuel, ce qu'ils ne font pas avec la bible pourquoi le ferait-il sur les autres sujets !
L'étude de la bible intéresse de moins en moins les chrétiens, c'est préjudiciable, car bien la connaître nous donne la faculté du discernement spirituel le contraire de l'obscurantisme.



En conclusion, si l'idolâtrie signifie se détourner des prescriptions de la torah, quand est-il des chrétiens qui suivent aveuglément un homme ?
À ce sujet, l'apôtre Paul nous rappelle que ce n'est pas celui qui se recommande lui-même, qui est approuvé, mais celui que le Seigneur recommande. (2 Corinthiens 10 :18).
Il nous recommande également d'éprouver toutes choses et de retenir ce qui est bon. Je constate avec tristesse que l'étude de la bible que pourtant chacun reconnaît comme la Parole de Dieu, n'est pas le point fort des chrétiens du 21 siècle !


Dans le livre « Mysticisme d'hier et d'aujourd'hui » de Rose-Marie et Jean-Marc Berthoud-Monot aux « éditions l'âge d'homme », il est écrit à la page 11 :


Le christianisme biblique est une religion de la vérité objective, dont les expériences et les sentiments religieux qu'elle produit ne sont que la manifestation d'un de ses fruits. Tout chrétien devrait désirer une marche avec Dieu qui soit riche en expérience avec lui, une religion qui soit ressentie ; mais cette expérience ne doit pas être considérée comme l'objet principal de sa relation avec Dieu. Elle est bien plutôt le fruit qui résulte de sa communion avec lui acquise au moyen de la connaissance de Sa Parole, de la foi en cette Parole, et la soumission à cette vérité par une vie de foi obéissante.

 


Les véritables enseignants de la bible incitent les croyants à exprimer leurs réflexions et leur éventuel désaccord, je considère ces réflexions, ces analyses, ces objections comme un échange nécessaire pour mieux faire comprendre le contenu de tout enseignement, nul besoin de dominer ni d'écraser, l'enseignant est libérer de ce genre de travers, l'objectif est de mettre sur la bonne voie, sans rien imposé !


Autre problème dans le christianisme institutionnalisé c'est la notion du « sacré » , seul Dieu est sacré, puisqu'il est par essence parfait . Par contre, déclarer sacrer tout ce qui entoure la croyance en Dieu est hasardeux, on se fige dans le piège des dogmes qu'on refuse de remettre en question, même s'ils sont dépassés et devenus inutiles !
L'histoire nous montre les conséquences de position radicales, guerres de religion, des gens se sont entretués au nom de leur croyance sacrée, des convictions peuvent mener au fanatisme et aux pires excès, de telles personnes se refusent toutes remises en question.


À l'âge de 26 ans, de par mon expérience spirituelle à Londres, j'étais persuadé d'avoir trouvé la vérité et que ma croyance, mes dogmes remplissaient totalement ma vie, j'étais à tort persuadé que je, n'avais plus rien à comprendre ni à apprendre quoi que ce soit des autres. Je ne faisais plus d'efforts pour devenir meilleurs, je devenais sectaire !


Une terrible épreuve dans ma vie va me permettre une remise en question, souvenons-nous de cette pensée de Platon : « Ne point savoir et croire qu'on sait : c'est bien là la cause de toutes les erreurs auxquelles notre pensée est sujette ; »


Ma première observation suite à trois longues années de handicap, c'est sur l'amour fraternel dans l'église locale, j'ai jugé que c'était un amour de clan où l'on aime ceux qui partage nos croyances et on rejette ceux qui ne les partagent pas, ces amours fraternels de clan permettent à ses membres de se sentir plus forts, de se sécuriser, le problème, c'est qu'on diabolise les autres qu'il faut éviter !


Ma deuxième observation, c'est l'aliénation de tout esprit critique comme principe de vie pour des croyants vivant leur foi dans des institutions officielles et donc reconnues.
Aujourd'hui, il faut du courage pour dire à haute voix certaines choses, il est plus aisé d'être mouton, il existe dans les milieux religieux une dictature de la pensée, je serais très curieux de connaître la définition de l'antisémitisme, du racisme en général, il y a des personnes qui disent une chose avec leur bouche et en pensent une autre avec leur cœur.


Un croyant est également un citoyen et sa philosophie doit être : ne fait pas à ton prochain ce que tu n'aimerais pas qu'il te fasse, voilà en résumé l'essence même de l'enseignement de tous croyant en Dieu qu'ils soient musulmans, juifs ou chrétiens , c'est l'antithèse du racisme !


Je termine par ces textes de l’épître aux Romains 12 : 2 : et ne vous conformez point au présent siècle, mais soyez transformés par le renouvellement de votre esprit, afin que vous éprouviez que la volonté de Dieu est bonne, agréable et parfaite.

 


Ne rendez à personne le mal pour le mal ; attacher-vous à ce qui est bien devant tous les hommes 12 :17.


Ne vous vengez point vous-même, bien-aimés, mais laissez faire la colère divine, car il est écrit : À moi la vengeance ; c'est moi qui rétribuerai, dit le Seigneur. 12 :19

 


Jean-Jacques Albors

2 commentaires

1 - lundi 16 juin 2014 @ 18:49 Hervé P a dit :

— Bonjour !
— Tu dis :
>... ""Un croyant est également un citoyen et sa philosophie doit être : ne fais pas à ton prochain ce que tu n'aimerais pas qu'il te fasse""
— Mieux :
"Fais à ton prochain ce que tu voudrais qu'il te fasse" !
— La citation complète étant :
"Non seulement ne fais pas aux autres ce que tu m'aimerais pas qu'ils te fassent, mais fais aux autres ce que tu aimerais qu'ils te fassent !"
— Et c'est même écrit dans la Bible :
Matthieu 7, 12 : «Toutes les choses donc que vous voulez que les hommes vous fassent, faites-les leur aussi de même: car c’est la Loi et les Prophètes.»
— Cordialement, au Nom du Seigneur Jésus-Christ !

2 - samedi 11 juillet 2015 @ 12:08 Alyson a dit :

Bonjour, est-il possible de télécharger les articles de votre blog en pdf ? J'aimerais pouvoir les lire sur mon Kindle.

Alyson

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot ulwjs ? :