L'importance de bien connaître la bible

 

Ma croyance est que La Bible que nous étudions, nous aide à diriger nos décisions morales et éthiques et constitue notre source essentielle de sagesse, on y découvre également des valeurs universelles fondamentales toujours d'actualité. Dans, c'est article, nous verrons que la foi est également un savoir qui nourrit notre réflexion sur tout. Étudier la Bible nous permet d'atteindre le but essentiel de notre existence – créer une relation avec Dieu. Nous étudions autant qu'il est humainement possible sa Parole, afin de créer un lien avec lui.


 

 

La bible constitue le mobilier moral de l'esprit humain ! (voici deux textes, (traduction Sadoc Kahn)

1 Vayikra (Lévitique) 19:15 – L'idée d'égalité devant la loi, à la fois divine et humaine

Ne prévariquez point dans l'exercice de la justice, ne montre ni ménagement au faible, ni faveur au puissant, juge ton semblable avec impartialité.

2 Dévarim (Deutéronome) 15:7 – Conscience collectives et responsabilité sociale, (solidarité).


S'il y a chez toi un indigent, d'entre tes frères, dans l'une de tes villes, au pays que l'Eternel ton Dieu te destine, tu n'endurciras point ton cœur ni ne fermeras ta main à ton frère nécessiteux.



Le Dieu D'Abraham, D'Isaac et de Jacob est très différents des dieux Grecs, Romains, Syriens, Babyloniens, de tous les peuples méditerranéens de l'époque mosaïque !



1- ces dieux sont immoraux


2- ils sont de façon prépondérante, indifférents aux hommes.



Déjà à l'origine le peuple du livre, (les Hébreux) bouleversèrent la pensée de leurs contemporains sur ces deux points.

-Tandis que les dieux de l'Olympe poursuivaient les belles femmes, le Dieu du Sinaï veillait sur la veuve et l'orphelin.

-Tandis que les dieux mésopotamiens Anu et El restaient distants de leur peuple, le Dieu du Sinaï fait sortir les Hébreux de l'esclavage.



Dévarim (deutéronome) 6 : 5-6 – La source du commandement d'étudier la Torah.

 

(verset 5) Tu aimeras l'Eternel ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton pouvoir.

(verset 6) Ces devoirs que je t'impose aujourd'hui seront gravés dans ton cœur.



Le verset 6 est une explication du premier : que signifie « aimer Dieu ? » « Que les paroles que je t'adresse aujourd'hui soient gravées dans ton cœur », car à travers cela [en étudiant la Bible] tu en viendras à connaître Dieu, et suivre ses voies.
Étudier la Bible nous permet de garder les commandements de Dieu. Cependant, nous devons aussi comprendre la raison de ceux-ci, autrement, nous ne garderions les commandements que par automatisme. L'étude de la Bible a une valeur intrinsèque.

De notre vivant, nous ne serons jamais « diplômés » de l'étude de la Bible, car cette dernière constitue le procédé continu de rapprochement à Dieu. Étant donné que Dieu est Infini, aucune quantité de connaissances biblique ne suffira jamais – ainsi l'étude de la Bible est une mission continue, de toute une vie, c'est une bonne raison pour faire « profil bas ».

Le succès académique en général est secondaire à notre évolution personnelle et à notre développement moral. Nous ne poursuivons pas des études uniquement pour le développement intellectuel ou pour faire avancer nos carrières, mais pour devenir de meilleures personnes.
Malheureusement, nous constatons que des gens ayant de grandes capacités intellectuelles soient moralement compromis. Cependant, dans ce climat intellectuel, il n'est pas surprenant de trouver des gens qui recherchent l'honnêteté, l'intégrité, ainsi qu'un sens et un but à leur existence.

Certains pensent que l'étude de la Bible est réservée aux érudits. Ce qui n'est pas le cas. Tous les croyants doivent avoir le plaisir à l'étudier, indépendamment de leur intelligence ou de leurs compétences en langue hébraïque ou grecque.

Un commentaire du Midrash Raba, Chemoth 5 dit : Dieu parla et parle à chaque personne à son niveau.

 

La voix de Dieu. [À la révélation au Mont Sinaï] a été entendue par chaque individu selon ses capacités : les personnes âgées selon leurs capacités, les jeunes gens selon leurs capacités, les enfants selon leurs capacités, les bébés selon leurs capacités, les femmes selon leurs capacités, même Moïse selon ses capacités... Tout le monde reçut le message divin selon ses capacités.



Le croyant réel du 21 siècle devra aller courageusement à la source des Écritures pour y retrouver la simplicité du message du Messie Jésus.

Aujourd'hui dans certaines dénominations évangéliques, on débat sur la possibilité ou non de perdre la foi, c'est-à-dire que l'on passerait d'une foi réelle et authentique à une perte de celle-ci ?
Je pense qu'on « perd la foi » quand on ne l'a jamais eu vraiment, cette supposée foi qu'on dit avoir n'est-elle pas le résultat d'une instruction religieuse qui nous a conduits naturellement au baptême et qui nous a conduits parfois à des élans mystiques ?

Cette foi n'est-elle pas plutôt une forme d'adhésion à une tradition et à une éducation ou à un endoctrinement ? La bible nous informe d'un créateur qui se révèle, sans initiation préalable. J'ai constaté que souvent, l'adhésion à une religion n'est pas un fait individuel, c'est évident à comprendre pour le baptême des enfants mais beaucoup moins avec le fait qu'elle est intégrée dans une structure sociale, portée par le groupe familial auquel on appartient, c'est dire dans un environnement chrétien, musulman, judaïque ou bouddhiste etc. .....

L'histoire d'Abraham, démontre le contraire : le Dieu Un se révèle à lui sans initiation et dans un environnement polythéiste et hostile, c'est Dieu qui se révèle et qui va l'instruire à travers les circonstances de sa vie.
Ce qui est très intéressant, c'est que la bible nous informe qu'il est de la même nature que nous, il n'a rien d'exceptionnel, je vous invite à lire mon étude le concernant sur ce blog.

Bien souvent, quand une personne quitte son groupe de « frères et sœurs » dans la foi, cette supposée foi se dégrade progressivement et parfois disparaît, ce qui n'est pas forcément le cas pour une personne à qui Dieu s'est personnellement révélé. L'étude de la bible reste le support essentiel qui nourrit la foi reçue une seule fois au moment de la révélation avec le créateur, le groupe religieux à son utilité en grande partie pour l'enseignement, mais pas automatiquement pour la rencontre avec le Créateur.

L'église locale comme l'appelle les évangéliques doivent être un lieu d'échange, ou l'enseignement excelle afin de favoriser l'autonomie de chacun et d'évité l'abrutissement voire l'endoctrinement. Des pasteurs pensent à tort que les choses doivent être inchangées :

 

-monologue de la prédication
-liturgie du culte
-pratique de la sainte cène
-collégialité dans les ministères, que cesse l'ignorance des autres ministères n'appartenant pas à la même dénomination
-transparence dans les décisions, les ministres ne rendent des comptes qu'à Dieu.



Dans les années 80, certains disaient que les études théologiques faisaient perdre la foi, alors que celle-ci élucide, structure et enracine son contenue, elles on était pour moi une stimulation de ma foi reçue une fois pour toute le 7 janviers 1979, ces études ont légitimé le pourquoi de mes convictions, car la foi c'est aussi un « savoir » qui m'a permis d'apprécier le vrais du faux, le juste de l'injuste, je vous assure qu'une telle foi ne se perd pas facilement.



Certains passages des évangiles sont étrangement ignoraient ?

Qui est l'homme seul dont parle l'Évangile de Marc 9 : 38 ?


Alors Jean, prenant la parole, lui dit : maître, nous avons vu quelqu'un chasser les démons en ton nom et qui ne nous suit pas, et nous nous sommes opposés, parce qu'il ne nous suit pas.



Certains pensent qu'il était un disciple de Jean le Baptiste, pourquoi n'aurait-il donc pas reçu cette puissance d'en haut ? Même sans avoir reçu le même appel direct que les apôtres ? Peut-être y avait-il bien d'autres hommes dans son cas ?


Ce passage ouvre un débat : l'action divine est-elle limitée ici-bas à un magistère ?
Il est étrange que celui qui chassait les démons au nom de Christ ne soit pas avec les disciples qui accompagnaient Jésus ? La réaction des disciples de Jésus ressemble à nos contemporains « ministres du Christ » d'aujourd'hui :


Ils veulent lui interdire d'employer le nom de Christ comme eux, tant qu'il ne les suivrait pas ? Cela ressemble déjà à la réaction de Josué concernant Eldad et Medad, qui prophétisèrent dans le camp, sans être avec eux devant le tabernacle. Il dit à Moïse :

 

Nombres 11 : 28


« Mon maître Moïse, empêche-les !"  Attention serviteurs, diacres du Christ prompt à jugeaient ou à penser que ceux qui ne suivent pas Jésus comme vous, ne le suivent pas du tout, et que ceux qui ne font pas les choses comme vous ne font rien de bon ! Ne vous en déplais le Seigneur connaît ceux qui lui appartiennent.


Marc 9 : 39-40 

 

En réponse à la proposition radicale des disciples, Jésus leur dit : ne vous y opposez point ; car il n'y a personne qui fasse des miracles en mon nom, et qui puisse aussitôt parler mal de moi. Car celui qui n'est pas contre nous, est pour nous.


Nombres 11 : 29 


Concernant Eldad et Médad, Moïse dit au rapporteur : « Tu es bien zélé pour moi ! Ah ! Plût au ciel que tout le peuple de Dieu se composa de prophètes, que L'Éternel fit reposer son esprit sur eux ! »

 


Afin que ma critique ne reste pas vaine, je me dois de vous poser trois questions sur c'est isolationniste ou c'est électron libre comme les bien-pensants le nommerait aujourd'hui :


1-pourquoi n'aurait-il pas reçu ces capacités d'en haut ?


2-L'Esprit de Dieu, comme le vent, ne souffle-t-il pas ou il veut ?


3-pensé vous, sérieusement qu'un tel homme ne peut exercer un ministère sans être mandaté et envoyé par une église locale ou une organisation dénominationnelle ?


D'après l'enseignement des Evangiles, l'action divine s'exerce à l'ensemble du « Corps de Christ » et cela ne se limite pas exclusivement à l'église visible, cette action divine ou grâce salvatrice est dispensée de multiples manières, et Dieu n'attend aucune validation de notre part ? Croire que toutes les actions de Dieu sont limitées à une organisation est inacceptable et une position orgueilleuse, que la bible ne soutient pas.


Voyez-vous l'action de Dieu peut être agissante dans des endroits obscurs, j'ai l'impression que des serviteurs de Dieu limitent ces actions en instaurant leur règles et leur propre régulation, en prenant le risque de s'opposait à Dieu, en oubliant que le « Chef, la Tête de l'Église », c'est Jésus-Christ.
Ils défendent leur contrôle pour des motifs de prudence ? Ils pensent peut-être que nous sommes des moutons qui ont besoin de guide humain, ils pensent à notre place, ils font comme si le Christ était resté dans son tombeau ?


Agir au nom de Jésus-Christ ne signifie pas agir à sa place, il connaît tous ceux qui lui appartiennent, quelle que soit leur dispersion dans diverses dénominations, c'est Dieu qui dirige pour un objectif élevé et noble, en dehors de tous clivages.
Nous devrions nous inspiraient de la prudence du pharisien Gamaliel qui pose une question aux membres du Sanhédrin, farouchement opposaient à la prédication des disciples du Christ : 

pourquoi prendre le risque d'être opposé à Dieu ?

 

Actes 5 : 35-39


Gamaliel dit aux membres du Sanhédrin : homme Israélite, prenez garde à ce que vous avez à faire à l'égard de ces gens.
Gamaliel leur rappelle deux fâcheuses histoires avec les dénommés Theudas, et de Judas le galiléen, tous deux faux prophète qui vont entrainer des personnes dans leur chute. Gamaliel, fais preuve de pragmatisme, il dit : 

 

ne poursuivez point ces gens-là, et laisser-les allers ; car si cette entreprise ou cette œuvre vient des hommes, elle sera détruite, comme celle de Theudas et de Judas le Galiléen. Mais si elle vient de Dieu, vous ne pouvez la détruire ; et prenez garde qu'il ne se trouve que vous ayez fait la guerre à Dieu.

 


Que les inquisiteurs modernes s'en inspirent.

Cela est un avertissement à veiller soigneusement à ne pas nous opposer à quelqu'un qui par son action va édifier et encourageaient les croyants, les résultats de son action seront validés ou pas, par Dieu, pourquoi cette volonté de l'ignorait ? De faire barrage ? Les deux véritables questions légitimes sont :


-Sert-il les intérêts du « corps de Christ », son Église ?


-Cherche-t-il à s'élever lui-même, ou met-il les « projecteurs « sur la personne du Messie Jésus ?


Nous devons prendre bien soin de ne pas marcher sur les plates-bandes du Seigneur, en nous opposant à tout ce qui ne cadre pas avec nos préconceptions religieuses étroites.
Ces « inquisiteurs modernes », qui veulent tout contrôlaient, se reconnaissent par leur autoritarisme, tous ceux qui échappent à leur contrôle sont des insoumis, des semeurs d'ivraie, des faux docteurs, des imposteurs ou des séducteurs, de telles accusations sous-estiment la souveraineté de Dieu.


Des croyants de différent courant évangélique en prennent conscience, car dans cette période difficile, ils se rendent compte que ces inquisiteurs ont perdu toutes crédibilités parce qu'ils ne balayent pas devant leur propre porte et des croyants, on dut se résoudre à quitter leur église sans pour autant perdre la foi, ils aspirent à des jours meilleurs et avec la grâce de Dieu, ils cherchent à se rendre utiles aux autres. De plus aujourd'hui la parole se libère dans la grande famille des croyants et les « chefs religieux » ne sont pas habituaient à faire face à des critiques pertinentes, légitimes et justifiés.


Certains croyants quitte leur église n'ont par caprice, ou pour papillotaient d'une dénomination à une autre, ni arbitrairement ou superficiellement mais pour une remise en question qui les conduisent à relire leur bible avec une nouvelle disposition, un nouveau regard , ils veulent reprendre le contrôle de leur vie et réfléchir par eux même sans pour autant rejeter tous les serviteurs de Dieu, disons qu'ils sont plus exigeants et moins naïf.


Des pasteurs ne comprennent pas les croyants qui s'attachent aux détails de leur avis, ils en appellent à une largeur de vues et à la liberté évangélique pour masquaient leur manque de profondeur scripturaire, et ils ne saisissent pas le caractère contraignant de la Bible.

Notre erreur c'est de nous évaluer spirituellement selon les dires des seuls serviteurs humains au lieu de s'évaluer et de se laisser jugeaient par la Bible, on a oublié que Jésus a été fait pour nous sagesse :

 


1 Corinthiens 1 : 30 , or, c'est par lui que vous êtes en Jésus-Christ, qui nous a été fait de la part de Dieu, sagesse, justice, sanctification et rédemption.


Et Colossiens 2 : 3, en qui sont renfermés tous les trésors de la sagesse et de la science.

 


Si nous sommes des disciples du Messie Jésus, alors nous savons reconnaître les moments où le Père nous parle, mais comment le reconnaître si nous ne connaissons pas la bible, sa Parole ? Dieu parle la langue de Dieu. C'est pour avoir compris cette vérité que Moïse a pu avec efficacité intercéder en faveur de ses frères hébreux, chaque fois qu'ils étaient en faute.
Devant le courroux de l'Éternel qui menace le peuple hébreu, Moïse rappelle les propres Parole de Dieu :


Exode 32 : 9-14.


L'Éternel dit à Moïse : « Je vois que ce peuple est un peuple rétif. Donc, cesse de me solliciter, laisse s'allumer contre eux ma colère et que je les anéantisse, tandis que je ferai de toi un grand peuple ! »
Mais Moïse implora l'Éternel son Dieu, en disant : 'pourquoi, Seigneur, ton courroux menace-t-il ton peuple, que tu as tiré du pays d'Egypte avec une si grande force et d'une main si puissante ? Faut-il que les Égyptiens disent : « C'est pour leur malheur qu'il les a emmené, pour les faire périr dans les montagnes et les anéantir de dessus la face de la terre ! ». Reviens de ton irritation, et révoque la calamité qui menace ton peuple. Souviens-toi d'Abraham, d'Isaac et d'Israël, tes serviteurs, à qui tu as juré par toi-même leur disant : je ferai votre postérité aussi nombreuse que les étoiles du ciel ; et tout ce pays que j'ai désigné, je le donnerai à votre postérité, qui le possédera à jamais ! »
L'Éternel révoqua le malheur qu'il avait voulu infliger à son peuple.


Lire également : Nombres 14 : 11-20 et tout le chapitre 20 du Deutéronome.


Une lecture suivie et une étude générale de la bible favorisent un libre examen à la différence d'une étude thématique qui favorise l'endoctrinement, parcourir des passages à droite et à gauche sous la direction d'un prédicateur n'est pas suffisant.
Si nous voulons savoir ce que Notre Père cherche à nous dire, deux actions sont nécessaires :


1-Nous mettre à son écoute en apprenant sa langue.


2-Et pour cela, il existe qu'un seul moyen : lire la bible.


Une telle démarche développe notre responsabilité de croyant et cela nous apprend à discerner la voix de Dieu dans notre vie. Ensuite, on peut faire des études Thématiques, « l'Ecriture s'explique par l'Ecriture », est un principe Rabbinique à la base.

 

Conclusion


Je vous raconte une histoire biblique dans la continuité de, c'est homme seul qui déplaît tant aux disciples de Jésus.
Un éleveur de troupeaux, également berger et cultivateur de sycomore nommé, Amos de Tékoa en Judée au royaume du sud, reçu un appel de Dieu pour se rendre à Béthel au royaume du nord.


Pour y faire quoi ? Interpeller les prophètes officiels, la prête Amacia va très vite réagir à l'écoute de ce « béotien » sans importance, il enverra un message à Jéroboam, Roi d'Israël avec une accusation gravissime : « Amos conspire contre toi, en pleine maison d'Israël ; ce pays n'est pas en état de supporter tous ses discours.


Quel discours ? Que toi Roi d'Israël, tu périras par le glaive, et Israël ira en exil, chassé de son territoire. (Amos 7 : 11 ).


La réaction du prêtre Amacia est une censure, un mépris pour la personne d'Amos, étant un prêtre officiel entouré de nombreux prophètes et de disciple de l'école de prophètes, il ne consulte pas du tout l'Éternel, son rang le dispense-t-il de cela ?


Il dit à Amos : voyant, va-t'en ! Hâte-toi de retourner en la terre de Juda, là mange ton pain et là prophétise. Mais à Béthel, tu ne saurais continuer à prophétiser ; car c'est un sanctuaire royal et un établissement de la dynastie. (Amos 7 : 12-13 ).


Mettez cela en parallèle avec les églises d'Ephèse, de Smyrne, de Pergame de thyatire, Sardes, Philadelphie et de Laodicée du livre de l'Apocalypse chapitre 2 et 3 et vous comprendrez où je veux en venir.
Les reproches aux églises de cette époque sont nombreux, ainsi que l'environnement général :


-faux apôtres
-abandon de la charité
-faux juifs, constituant une synagogue de Satan
-séductions qui conduisent à la fornication
-sommeil spirituel
-orgueil spirituel
-auto-suffisances
-mépris des autres

 

Si on compare les paroles du prêtre Amacia avec les reproches qui sont faits à l'église de Laodicée, on peut facilement imaginer le pire pour les églises du 21 siècles ?


Apocalypse 3 : 17, église de Laodicée : car tu dis : je suis riche, et je me suis enrichi, et je n'ai besoin de rien ; et tu ne connais pas que tu es malheureux, et misérable, et pauvre, et aveugle, et nu.


Je pense que ces paroles auraient pu concerner le prêtre Amacia : je te conseille d'acheter de moi de l'or éprouvé par le feu, pour devenir riche ; et des vêtements blancs, pour être vêtu, et que la honte de ta nudité ne paraisse point, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies. (Apo 3 : 18 ).


Amos tout comme Paul à compris cette vérité : 

 

car nous n'osons pas nous égaler ou nous comparer à quelques-uns, qui se recommandent eux-mêmes ; mais en mesurant eux-mêmes par eux-mêmes, et en se comparant eux-mêmes avec eux-mêmes, ils se montrent sans intelligence. (2 Corinthiens 10 : 12 ).

 


La réponse d'Amos au prêtre Amacia est celle d'un homme totalement désintéressé de sa personne qui ne recherche pas les louanges des autres :


Je ne suis, dit-il, ni prophète ni fils de prophète, je suis un simple pâtre et un pinceur de sycomore. Mais L'Éternel m'a pris de derrière le troupeau, et m'a dit : va, prophétise à mon peuple Israël ! (Amos 7 : 14 ).



Les prophètes et fils de prophète n'ont pas dut accepter qu'un paysan de Judée, les contredise, de leur propre point de vue, Amos n'a aucune légitimité. La vérité, c'est qu'il refuse d'admettre que Dieu puisse utiliser un petit berger pour les confondre, c'est leur crédibilité qui est en jeu. Même Amacia est remis en question et il n'accepte pas la réprimande de la bouche d'un berger qu'il juge hystérique.


Combien l'apôtre Paul à raison quand il dit : 

 

ce n'est pas celui qui se recommande lui-même, qui est approuvé, mais celui que le Seigneur recommande.


Faut-il que Dieu s'explique sur ces choix ? Ou demandé l'approbation d'un magistère ?


L'histoire se répète, les élites juives contemporaines de Jésus, le rejetèrent pour les mêmes raisons qu'Amacia, un charpentier qui nous donne des leçons de torah, il n'a aucune légitimité, il ne sort d'aucunes « yéchiva », il ne cite aucun maître.


Ne pas lire sa bible, c'est cultivé l'ignorance avec comme conséquence, l'égarement ou prendre le risque d'être séduit, la vérité a dit Jésus, vous rendra libre, le contraire de l'endoctrinement qui nous met des chaines invisibles.


Le problème le plus crucial dans notre monde actuel, est l'absence de véritable « homme de Dieu » qui montre la voie à suivre, dans un traité du Talmud, (Sotah 49 à, b), il y a une phrase de Rabbi Eliezer que des non-juifs peuvent comprendre :


« Du jour où le temple a été détruit, les sages se sont transformés en scribes, les scribes se sont transformés en agents de la force publique, les agents de la force publique se sont mis au niveau du peuple et le peuple lui-même se dégrade. »

 

Dans le christianisme, le sage, c'est le serviteur du Messie Jésus, et qu'attendons-nous d'eux ? Qu'ils soient des modèles comme leur Maître, qu'ils apportent des solutions aux grands problèmes, qu'ils fassent progressaient la communauté des croyants, disciples de Jésus et non qu'ils répètent ce que tout le monde sait déjà, c'est la raison pour laquelle ils ne solutionnent rien, s'ils écrivent des livres, c'est pour leur notoriété, les titres de leurs livres en témoignent.


Ils se transforment en agent de la force publique, parce qu'ils n'enseignent plus, alors ils font la police, ils imposent l'ordre et la discipline, ils veillent à ce que tout le monde reste assis sur leur chaise, qu'ils écoutent tels des robots.


Il ne leur reste plus de temps pour enseigner car ils se sont transformés en « gendarme », en se mettant au niveau du peuple, parfois vulgaire, agressif dans leur propos, ayant des réactions viscérales et usants de méthodes peu orthodoxes, et le peuple chrétiens se dégradent du point de vue spirituel, cette dégradation est un processus continu d'appauvrissement auquel et c'est le grand danger, on s'habitue et qu'on finit par accepter.


Encore une fois, la bible mentionne une situation semblable dans le livre D'Ezéchiel du chapitre 13 et au verset 10 :


Et ces choses arriveront parce que, oui, parce qu'ils égarent mon peuple, en disant : paix ! Quand il n'y a point de paix. Mon peuple bâtit un mur, eux, ils le recouvrent de mortier.


C'est-à-dire ce mur qui a des failles est caché par un crépi ou plâtre, qui servira à lui donner une beauté trompeuse de la réalité, des prédicateurs proclament le Shalom, au sens riche de « prospérité » et de « bien-être » qui est une pure illusion.

 

A l’heure de l’épreuve ce mur s’écroule, Jésus reprend cette vérité avec la métaphore de la maison bâtit sur le sable, voilà pourquoi il nous faut étudier la bible soigneusement pour être fort à l’heure des difficultés.

 

Jean Jacques Albors


 

5 commentaires

1 - lundi 16 juin 2014 @ 19:46 Hervé P a dit :

— Bonjour !
— Tu dis :
>... ""Une telle démarche développe notre responsabilité de croyant et cela nous apprend à discerner la voix de Dieu dans notre vie. Ensuite, on peut faire des études Thématiques, « l'Ecriture s'explique par l'Ecriture », est un principe Rabbinique à la base.""
— Eh bien, dès que j'ai été comme "éjecté" des dénominations, la première chose dont Dieu m'a enseigné, c'est sur l'Assemblée de Dieu ou l'Église de Jésus-Christ ! Bien que ce soit une étude thématique, ce fut pour moi la principale étude, de laquelle tout découla dans ma vie.
— Les implications de cette étude furent déterminants pour ensuite étudier les différents thèmes de la louange, de l'adoration, de la musique, des offrandes et libéralités et enfin, ces temps-ci, de la Liberté en Christ !
— Ce fut même l'occasion pour moi de pouvoir voir sous le Regard de Dieu l'expression «les uns les autres » sous un autre angle : l'autorité croisée ou la soumission croisée (même chose) !
— De plus, étant électricien de formation, je compris cette expression "électron libre", dont on nous affuble avec mépris, d'une autre façon : sans les électrons libres, mis en mouvement par des réactions chimiques, de la lumière, de la chaleur ou des variations d'un champ magnétique, nos ordinateurs avec lesquels nous pouvons nous parler d'un bout à l'autre de la planète ne fonctionneraient plus, et même nos corps, mis en mouvement par des impulsions électriques par les nerfs qui commandent nos muscles seraient paralysés !
— De même, l'Église de Christ ne fonctionnerait plus s'il n'y a pas dans son sein des chrétiens libres ! Mais pas libres pour cacher le péché, mais au contraire pour l'édification, l'exhortation, la louange, l'adoration et pour dénoncer le péché où il se cache ! Beaucoup veulent nous l'enlever, cette liberté. Mais Christ nous a fait la promesse qu'on la gardera même si on nous tuait !
— Cordialement, au Nom du Seigneur Jésus-Christ !

2 - lundi 16 juin 2014 @ 23:44 albors a dit :

@Hervé P :
Hervé, merci pour ton intérêt pour mon blog, sache que c'est réciproque, j'apprécie et j'encourage tous ceux qui à leur niveau exhorte, édifie et réfléchisse, la bible nous enseigne que la sagesse vient du nombre de conseiller, sous condition de respecter la pluralité des opinions, sachant qu'une unité de compréhension est impossible ici-bas, cela évite le formatage par l'endoctrinement sans examen d'une réflexion personnelle.
Toutefois, nous devons-nous respecter, partagé sans sortir les « gants de boxe » quand nous avons des opinions différentes pour préserver l'essentiel, l'amour fraternel dans la différence, la passion de l'étude et cette volonté de s'ouvrir aux autres.
Je te félicite pour ton blog, tes réflexions sont les bienvenues ainsi que toutes remarques constructives, cette réponse concerne tes trois interventions.
Que la paix de notre créateur nous anime par la grâce du Messie Jésus notre Rédempteur.

3 - mardi 05 août 2014 @ 10:07 MachoMan a dit :

Je pense bien connaitre la Bible, merci

4 - mardi 22 décembre 2015 @ 22:11 Kloe a dit :

Hello, super quel plaisir de lire ce genre d' article, Explications au top

5 - mercredi 23 décembre 2015 @ 03:06 Leane a dit :

Salut, quel plaisir de lire ce genre d' information, je partage cette page sur twitter

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot utyofv ? :