Les personnalités de l’ésotérisme

 
 
 
 
Certaine personalités puisent leurs enseignements, docrines et théories dans l'ésotérisme. Il est intéressant de savoir l'origine de leurs options spirituelles.
 
 

 

           E.LEVI              H.P.Blavatsky                      Papus                     A.Bailey                  R.Guénon                    L.Taxil
 
1- Eliphas-Levi (1810-1875) 
 
Carte d’identité.
 
Eliphas-Levi est son pseudo, il est le fils de Alphonse Louis Constant, il est né le 8 féviers 1810 à Paris, il mourut le 31 mai 1875, il vécu 65 années. On le présente comme un ecclésiastique français et une grande figure de l’occultisme, il intégrera l’ordre Hermétique de la Rose-Croix Universelle. 
 
2- Helena Petrovna Blavatsky (1831-1891)

Elle née 21 ans après la naissance d’ Eliphas Levi ! 
 
Carte D’Identité. 
 
Elle est née le 30 juillet 1831 en Russie, et elle mourra le 8 mai 1891 à Londres à l’âge de 60 ans. 
Contrairement aux différents personnages que nous avons vus, Madame Blavatsky va contribuer à faire connaître en occident l’existence des spiritualités orientales. Elle dit avoir reçu au Tibet des enseignements secrets. En 1875, elle fonde la société théosophique à New York avec le colonel Olcott, tout comme Alive Bailey 5 ans avant elle, elle écrit des enseignements occultes quelle dit avoir reçu de sages tibétains. 
Celle-ci dit que le psychisme des vivants provoque des phénomènes incroyable, et que ce n’est pas les « esprits des morts ». 
Dans les thèses de la théosophie, Lucifer n’est pas diabolisé, il est vu comme « le porteur de lumière », pas comme l’ange déchu dont l’étoile du matin devrait revenir à Jésus-Christ, seul porteur de lumière agréée par Dieu pou l’homme, après la chute de Satan ! 
 
3- Papus (1865-1916), 34 ans après la naissance de Blavatsky ! 
 
Carte d’identité. 
 
Papus est un pseudo, (Papus : nom d’un esprit de Nuctanéron attribué à Apollonius de Tyane) son vrais nom est Gérard Encause, il est né le 13 juillet 1865 à la Corogne en Espagne, son père est français et sa mère espagnole. Il passera toute sa jeunesse à Paris, ou il fut reçu docteur en médecine en Juillet 1894 (29 ans). Avant la fin de ses études de médecine, dés 1886, il va lutter contre le scientisme de l’époque en répandant une doctrine qui trouve sa source dans l’ésotérisme occidental. 
Ses amis son le chimiste Louis Lucas, le mathématicien Wronski, l’alchimiste Cyliani, le pythagoricien Lacuria, les magnétiseurs Hector Durville, Antoine Fabre d’Olivet et Alexandre Saint-Yves d’Alveydre. Papus est le chef de file incontesté ! Selon Papus : « La Magie est l'étude et la pratique du maniement des forces secrètes de la nature » Il va fonder en 1891 avec Augustin Chaboseau « l’Ordre Martiniste » ! Il mourra le 25 octobre 1916 à Paris à l’âge de 51 ans. 
 
4-Alice Bailey (1880-1949) , 15 ans après la naissance de Papus !
 
Etat civil 
 
Elle est née le 16 Juin 1880 à Manchester, son nom de jeune fille est, La Trope Bateman, elle fut mariée à Foster Bailey, elle mourra le 15 décembre 1949, elle vécue 69 ans ! Elle à était chrétienne évangélique et en même temps adepte de la Société Théosophique, chose impensable aujourd’hui ! En 1920, à l’âge de 40 ans elle écrit des ouvrages ésotériques, ainsi que des articles pour le « Lucis Trust », une institue qu’elle fonda. En 1923 elle fonde également l’école Arcane, elle affirme que la plupart des ouvrages qu’elle a écrits lui ont été dictés par télépathie par un maître de sagesse qui se nomma : « le Tibétain Djwal Klul » Cette Ecole Arcane est une des premières sociétés de spiritualité relevant du mouvement du Nouvel Age, Alice Baily est reconnu encore aujourd’hui comme une des personnalités fondatrice du mouvement du New Age. 
 
5-René Guénon (1886-1951), 21 ans après la naissance de Papus et 6 ans après Bailey. 
 
Carte d’identité 
 
Il est né à Blois le 15 novembre 1886, il est le fils de Jean Baptiste Guénon architecte de profession. Il mourut le 7 janvier 1951 à l’âge de 65 ans. 
Son père est antisémite convaincu, et il suivra les traces de son père, on se pose la question si son intérêt pour la culture arabe n’est pas dû à la haine endémique que l’Islam professe envers les juifs ? Après des études académiques moyennes, il va entreprendre des études ésotériques en s’inscrivant à la faculté des sciences Hermétiques de Pappus. Ces cours étaient complétés par des tenues de loges martinistes. 
Il va gravir les échelons grâce à l’appui de Noël-Chamrenaud dans « l’ordre Martiniste », sera accueilli dans la loge Humanitad puis celle d’INRI ? En avril 1908, il reçut le grade de Maître du rite Ecossais de Memphis-Misraïm et atteint le 90ém degré de l’ordre de Misraïm ! Il écrira beaucoup d’ouvrages ésotériques, certains l’accusèrent de plagiat, et de vulgarisateur de l’ésotérisme, il à une réputation d’orgueilleux, et d’ambitieux sans scrupule. 
 
6-Personnage à part Léo Taxil (1854-1907), il est contemporain des cinq personnages ! 
 
 
Léo Taxil n’à rien apporté aux débats ésotériques, lui il s’en est servi pour gagné sa vie, il à trompé beaucoup de monde, il fut est un grand fabulateur. Ses trois plus gros mensonges sont : Le culte du palladium chez les francs maçons Le mensonge de sa conversion à la religion catholique L’invention du personnage de Diana Vaughan « ex Palladiste ». 
 
Carte d’identité. 
 
Son nom est Jogand-Pagès, dit léo Taxil, né à Marseille le 21 Mars 1854 et mort à Sceaux le 31 mars 1907 à l’âge de 53 ans. Il est écrivain, un disciple de Voltaire et tout comme lui, il est anticlérical ! Il est adepte d’une loge maçonnique lyonnaise (le temple des amis de l’honneur français), il en sera exclu en 1885 dès le premier degré pour « fraude littéraire ». Peut après il demande pardon à Léon XIII lors d’une visite à Rome, pour ses écris ou il à discrédité l’Eglise Catholique Romaine, il reçoit l’absolution en désavouant ses travaux antérieur. . Il annonce sa conversion et désormais il commence une campagne contre les francs-maçons certainement pour ce vengé. Il adopte le pseudonyme de « Léo Taxil » : (Léo pour Léonidas, le prénom d’un aïeul maternel, et Taxil en référence à un seigneur hindou allié d’Alexandre le Grand). 
Au sujet du personnage de Diana Vaughan. Lors d'une conférence le 19 avril 1897 dans la grande salle de la Société de géographie de Paris. À la stupeur de l'auditoire, qui compte un certain nombre d'ecclésiastiques, il fait savoir que cette Diana n'était qu'un canular parmi toute une série (dont sa conversion), Diana n’est qu’une simple dactylographe employée par une maison américaine qui vend des machines à écrire ,
 et qui lui avait permis d'utiliser son nom. Suite à cette confession publique, il quitta Paris et fini sa carrière comme correcteur à l’imprimerie de Sceaux.

Les commentaires sont fermés.