Théologie et éthique selon Paul

 

La prédication de l'Apôtre Paul avait pour but d'amener l'homme à se comprendre lui-même devant Dieu à pousser plus loin sa réflexion au sujet de sa place et de son rôle dans le monde profane. La théologie Paulinienne et l'éthique sont intimement liées, les désordres dans l'église de Corinthe démontrent que la théologie exerce une tâche fondamentale : éclairé, chaque chose en Christ, c'est-à-dire l'amener à la lumière de son enseignement.

 

 

Je suis pour  une théologie pragmatique et non- changeante selon l'évolution de la vie sociale, déjà au moyen âge une fracture séparait les théologiens trop raisonneurs des mystiques, trop sentimentaux. En ce 21 siècle la religion est perçut par les jeunes comme moraliste, soucieuse de convenance et l'évangélisation n'est plus la priorité, la conséquence est qu'ils rejettent cette religion, sans pour autant rejeter les Evangiles.



Que propose-t-on aujourd'hui ?

 


Un revivalisme extrême, c'est-à-dire un théâtre émotionnel œcuménique, ou le ressentie remplace la réelle expérience spirituelle qui transforme durablement une personne, l'effet de l'émotion à ses limites. 

Aujourd'hui, on se rassemble pour éprouver et ressentir et c'est la clé du succès de ses rassemblements, annoncé par des moyens médiatiques colossaux, ce culte de l'émotionnel n'est pas nouveau, il est apparu au XVIII siècles en Amérique.
Bien sûr ce public religieux du 18 siècle s'est émoussé ou attiédit, celui du 21 siècle est sensible à d'autres éléments, mais c'est toujours une question de sensibilité, alors il faut innover, « réchauffer », on appelle cela des réveils !


Dans la torah, le peuple hébreu avait des hauts et des bas, c'est vérifiable dans le livre des Juges, ou encore dans une citation d'Esaïe au chapitre 1 : 11-18 .


Vous qui venez vous présenter devant moi, qui vous a demandé de fouler mes parvis ? Cessez d'y apporter l'oblation hypocrite, votre encens m'est en horreur : néoménie, sabbat, saintes solennités, je ne puis les souffrir, c'est l'iniquité associée aux fêtes. Oui, vos néoménies et vos solennités, mon âme les abhorre, elles me sont devenues à charge, je suis las de les tolérer. Quand vous étendez les mains, je détourne de vous mes regards ; dussiez-vous accumuler les prières. J'y resterais sourd : vos mains sont pleines de sang. Lavez-vous, purifier-vous, écartez de mes yeux, l'iniquité de vos actes, cessez de mal faire. Apprenez à bien agir, rechercher la justice, rendez le bonheur à l'opprimé, faites droit à l'orphelin, défendez la cause de la veuve.
La proposition de Dieu pour changer cela, est toujours d'actualité :
Oh, venez, réconcilions-nous, a dit l'Eternel ! Vos péchés fussent ils comme le cramoisie, ils peuvent devenir blancs comme neige ; rouges comme la pourpre, ils deviendront comme la laine.



Les églises d'aujourd'hui pratiquent le marketing, elles rivaliseront comme des entreprises, chacune fait valoir ses avantages :


-La qualité de l'accueil


-la fraternité des membres


-l'efficacité de son soutien caritatif


-la variété de ses « spectacles », soirée musique, louange, danse davidique etc.


-la promesse de miracles physiques et de délivrances de démons


-la promesse de prophéties de ce qui nous attend dans le futur


-des enseignements ou plutôt des secrets pour devenir riche, être épanouie à condition d'y mettre le prix, « une semence » dans la poche des détenteurs de ses secrets.


Déjà, l'Apôtre Paul dans sa lettre à Timothée dit de nous séparait de ceux qui regardent la piété comme une source de gains, cela concerne le communiquant et le récepteur. (1 Timothée 6 : 5 )


Le film de Rachel Grady et Heidi Ewing, « Jésus Camp » va choquer les Européens en 2007, on voit des enfants en convulsions quand une force entre en eux, cette force, ils l'appellent l'Esprit Saint, certains disent, c'est en Amérique. En France, les défenseurs de ses manifestations les comparent avec les enfants des Cévennes bien que le contexte soit radicalement différent.



Le chapitre trois de 1 Corinthiens, verset 16 :



Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous ?

 

Cette objurgation « ne savez-vous pas » revient sous la plume de l'apôtre chaque fois qu'il doit recourir aux éléments essentiels de l'enseignement donné aux croyants.
Notre vie de croyant est construite sur Christ et ce que les profanes voies, c'est nous, la réalité de ce que Paul déclare dépend de notre comportement face à nos contemporains, la prédication de l'Évangile serait très efficace si les croyants s'en inspirer dans leur vie.


Certains croyants fondent leur foi sur des vérités auxquelles ils croient, « les dogmes « , une bonne éducation rend une personne agréable, mais cela reste réducteur, les dogmes ne remplacent pas une rencontre avec le créateur, les religieux sincères sont des personnes agréables à vivre, là n'est pas le problème, la foi est une connexion établie par l'intermédiaire du Messie Jésus de Nazareth avec le Créateur, une telle foi n'a rien à voir avec l'éducation, l'appartenance à une religion ou la croyance dans les dogmes.


Oui, la réalité du message du Christ, le pouvoir de son enseignement dépend de notre comportement de femme et d'homme de foi, dans la synthèse Paulinienne, le Christ fait l'unité :


Portez les fardeaux les uns des autres et accomplissez ainsi la loi de Christ.

 

 Car, si quelqu'un pense être quelque chose, quoiqu'il ne soit rien, il se séduit lui-même. Mais que chacun éprouve ses actions, et alors il aura sujet de se glorifier, pour lui-même seulement, et non par rapport aux autres.


Quand Paul emploie un tel langage, c'est plus qu'une manière de parler, il manifeste une conviction raisonnée et ferme que toute connaissance du bien parmi les hommes est l'œuvre du Christ-vivifiant et que son action dans nos vies nous fournit une claire ligne de pensée, une pierre de touche pour toutes nos intuitions en matière morale.


Paul n'invente pas une nouvelle morale humaine, mais par ses écrits, ils nous amènent à considérer notre position vis-à-vis de la personne de Jésus et de notre prochain.
La raison d'être des évangiles n'est pas de construire une conception du monde, mais de nous régénérer et de nous réintroduire dans notre dignité d'enfant de Dieu.

Aujourd'hui, j'ai l'impression que les hommes d'église au lieu d'insister sur le repenti pour être en connexion avec notre créateur et d'hérité d'une autre vie après la mort, ils préconisent de faire des efforts pour améliorer nos conditions de vie ici bas afin que chacun ait une existence terrestre qui se rapprocherait de celle à venir !


Question :
Le point central de l'enseignement de Jésus n'est-il pas l'intronisation de l'amour de Dieu et de l'homme comme loi suprême et suffisante de la conduite humaine ?


Aujourd'hui dans la « religion civile » à la française, ce que nous croyons ne regarde que nous, certains disent que c'est bien de croire en quelque chose, même à n'importe quoi, du moment que Dieu est mentionné.
Des ministères évangéliques influencés par leurs confrères « d'outre atlantique «, s'attache moins au contenu du message des évangiles, ils séduisent, subjuguent leur auditoire, ils ne conçoivent que l'action en actionnant les émotions des personnes fragiles cherchant le réconfort.


Dans sa lettre aux chrétiens de Rome, Paul indique les conséquences pratiques du contenu des évangiles dans le vécue des croyants, l'attaque contre les mauvais comportements ne se solutionne pas par des règles ascétiques, mais par un rappel constant à vivre en conformité avec les exigences des Evangile en suivant l'exemple de Jésus-Christ. (5 Romains 12 : 1-22 et 13 : 1-7 ).


Il rappelle dans sa lettre au chapitre 4 des Thessaloniciens ses exigences :


-Verset 7, vivre dans la sainteté.


-Verset 9, l'amour fraternel avec un grand A , il parle même d'excellence.


-Verset 11, à vivre une vie paisible en s'occupant de nos propres affaires et en travaillant de nos propres mains et non dans la dépendance des autres.


-Verset 12, d'avoir une conduite honnête avec tout le monde, il écrit également, que vous n'ayez besoin de rien, c'est l'avantage de l'indépendance économique par le moyen du travail.


Celui qui s'adonne à l'étude des écritures fait bien, mais celui qui y associe un travail séculier fait mieux. Ceci était une recommandation des maîtres dans les « yéchivas » à l’attention de leurs élèves afin d'évitez qu'ils soient oisifs, dépendant ou qu'ils dispensent plus tard un enseignement de la torah moyennant finance, « n'utilise pas la Torah comme une pioche », c'est-à-dire un gagne-pain.


Paul avait parfaitement connaissance de cette recommandation, il n'a jamais complétement abandonné le travail manuel pour garantir son indépendance, voilà pourquoi il dit : que vous n'ayez besoin de rien.


-Verset 14 à 18, est un rappel de ce qui constitue la force des croyants, la réalité de la résurrection de Jésus-Christ et de celle à venir pour tous disciples, la promesse d'une autre vie.

 

Conclusion


Selon l'Apôtre Paul, la vie du véritable chrétien se tient à égale distance de l'asservissement au monde profane et à la fuite loin de celui-ci.
La foi, nous libère en nous rendant indépendant du monde profane, tout en nous obligeant à faire nos preuves au sein de ce dernier de l'authenticité de notre foi, d'où l'importance de l'éthique dans la vie chrétienne.
Paul conçoit à la fois l'aspect pratique et théorique de la vérité, par le développement de sa théologie, il introduit la réalité du Christ dans la vie journalière du croyant, il l'affirme par l'adjuration :


Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous ?

Par notre dépendance à la grâce souveraine de Dieu, la perfection de l'œuvre rédemptrice de Jésus-Christ, par sa mort et sa résurrection, le croyant ainsi justifié trouve là des appuis solides pour sa conduite chrétienne.
Toute la théologie de Paul a pour objet la grâce, car c'est par elle que le croyant trouve la force de vivre comme Dieu le désire. Dire que la théologie Paulinienne n'est pas liée à l'éthique nous amènerait à croire que notre vie en Christ n'a aucune conséquence dans notre comportement.


Sinon comment comprendre l'Apôtre qui écrit aux Corinthiens : 

 

Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même du Christ.


Jean-Jacques Albors

 

8 commentaires

1 - dimanche 05 juillet 2015 @ 16:32 Serrurier Paris 15 a dit :

Hello,

Super, merci pour l'info

2 - dimanche 12 juillet 2015 @ 04:38 Ariel a dit :

Bonjour, est-il possible de télécharger les articles de votre blog en pdf ? J'aimerais pouvoir les lire sur mon Kindle.

Ariel

3 - dimanche 12 juillet 2015 @ 19:09 albors a dit :

@Ariel : Pour satisfaire votre demande ,je vous propose de m'écrire à mon adresse e-mail privé: albors@cegetel.net , avec votre adresse e-mail et je vous envoie en pièce jointe l'article de votre choix en version PDF.
Merci pour votre intérêt.

4 - jeudi 27 août 2015 @ 16:10 stéphane Romanyszyn a dit :

Il n’y a rien à dire ! l’article résume tout

5 - vendredi 09 octobre 2015 @ 03:12 Beatrice a dit :

Bonjour, où se trouve le flux RSS de votre blog ? Je ne l'ai pas trouvé.

Beatrice

6 - vendredi 09 octobre 2015 @ 13:25 albors a dit :

@Beatrice :
Il se trouve en page d’accueil en dessous d'archives

7 - jeudi 10 décembre 2015 @ 15:45 Alexandre a dit :

Hello, super Merci pour l' info, je partage cette page sur mes reseaux sociaux

8 - vendredi 03 novembre 2017 @ 12:19 Soundcloud promotion a dit :

I really like it when folks get together and share thoughts.
Great blog, continue the good work!

Écrire un commentaire

Quelle est la cinquième lettre du mot uzvpne ? :