Transfusion sanguine : les Témoins de jéhovah ont ils raison ?

 

 

Décidément les têtes pensantes des témoins de Jehovah sont fâchaient avec l'herméneutique .

 

 

 

Tout d'abord, c'est quoi l'herméneutique ?

 

L'herméneutique est la science et l'art d'interpréter les écritures. C'est une science car elle est dirigée par des règles comprises dans un système et c'est un art, car l'application de ces règles se fait par une étude approfondie et non par des imitations techniques.

 

Son but premier est de s'assurer de ce que Dieu a réellement dit dans un texte, sans cette précaution nous sommes soumis à la relativité et au caractère douteux de la connaissance humaine qui est très souvent à l'origine de beaucoup d'erreurs , quand nous voulons que des textes corrobores notre croyance , nous imposons sans examen au textes ce que nous pensons .

 

Au cour de ma vie, j'ai constaté qu'il est très difficile voire impossible de lutté contre la « mauvaise foi » de ceux qui soutiennent un point de vue difficilement défendable.

 

Premier constat, dans les textes de Genèse 9 : 4, lévitique 17 :14 , Actes 15 :20 et bien d'autre textes cité par les témoins de Jéhovah, il n'existe aucun rapport avec le sang humain, et les transfusions sanguines dans tous les textes des traductions, même celle du monde nouveau des témoins de Jéhovah qui n'est pas d'une grande qualité de l'hébreux au français.

 

Premier texte de Genèse 9 : 3-6 et non seulement le verset 4 qu'on isole. Traduction1 intégrale hébreux français d’après la version massorétique :

 

 

Tout ce qui se meut, tout ce qui vit, servira à votre nourriture ; de même que les végétaux, je vous livre tout. Toutefois aucune créature, tant que son sang maintient sa vie, vous n’en mangerez.

Toutefois encore, votre sang, qui fait votre vie, j’en demanderai compte : je le redemanderai à tout animal ; et à l’homme lui-même, si l’homme frappe son frère, je redemanderai la vie de l’homme.

Celui qui verse le sang de l’homme par l’homme son sang sera versé, car l’homme a été fait à l’image de Dieu.

 

Traduction du monde nouveau des témoins de Jéhovah.

 

Tout animal qui se meut (et) qui est vivant pourra vous servir de nourriture. Comme pour la végétation verte, oui je vous donne tout cela. Seulement : la chair avec son âme – son sang – vous ne devez pas la manger.

D’autre part, votre sang de vos âmes, je le redemanderai. De la main de toute créature vivante, je redemanderai ; et, de la main de l’homme, de la main de chacun qui est son frère, je redemanderai l’âme de l’homme.

 

Vous apprécierez comme moi la liberté qu’il prennent avec cette traduction , ce qu’il faut comprendre c’est qu’on ne doit pas mangé d’animaux étouffés , c'est-à-dire non saigné , d’où l’expression « tant que son sang maintient sa vie » , quand il est question du sang humain c’est à mettre en parallèle avec le commandement : « tu ne tueras point » , d’où l’expression :

Celui qui verse le sang de l’homme par l’homme son sang sera versé, car l’homme a été fait à l’image de Dieu.

 

Il faut savoir qu’il y a une répugnance chez les populations sémites de prendre du sang comme nourriture, c’est une particularité ancestrale.

 

Deuxième texte du lévitique 17 : 11-14 et non le verset 14 isolé. Traduction 2 intégrale :

 

Car le principe vital de la chair gît dans le sang, et moi je vous l’ai accordé sur l’autel, pour procurer l’expiation à vos personnes ; car c’est le sang qui fait expiation pour la personne.

C’est pourquoi j’ai dit aux enfants d’Israël : Que nul d’entre vous ne mange du sang, et que l’étranger résidant avec vous n’en mange point. Tout homme aussi, parmi les enfants d’Israël ou parmi les étrangers résidant avec eux, qui auraient pris un gibier, bête sauvage ou volatile, propre à être mangé, devra en répandre le sang et le couvrir de terre.

Car le principe vital de toute créature, c’est son sang qui est dans son corps, aussi ai-je dit aux enfants d’Israël : Ne manger le sang d’aucune créature. Car la vie de toute créature c’est son sang : quiconque en mangera sera retranché.

 

Traduction du monde nouveau des TJ.

 

Car l’âme de la chair est dans le sang, et moi je l’ai mis pour vous sur l’autel, pour faire propitiation pour vos âmes, car c’est le sang qui fait propitiation par l’âme {qui est en lui].

C’est pourquoi j’ai dit aux enfants d’Israël : « Nulle âme d’entre vous ne doit manger du sang et nul résidant étranger qui réside comme étranger qui réside comme étranger au milieu de vous ne mangera du sang.

Quand à tout homme d’entre les fils d’Israël ou à tout résident étranger qui réside comme étranger au milieu de vous, qui prend à la chasse une bête sauvage ou un oiseau qui se mange, celui-là devra alors en verset le sang et le couvrir de poussière.

Car l’âme de toute sorte de chair est son sang par l’âme [qui est] en lui. Voilà pourquoi j’ai dit aux fils d’Israël : Vous ne devez manger le sang d’aucune sorte de chair, car l’âme de toute sorte de chair est son sang.

Quiconque le mangera sera retranché.

 

Le journal « réveillez-vous » du 22 mai 1951, éditions anglaise à la page 3 mentionne ces textes comme argument pour interdire les transfusions sanguines, mais quel rapport y a t’-il avec le sang humain et des transfusions ?

 

Il est inutile de préciser que les transfusions n’exister pas à l’époque des prescriptions du Lévitique, existe-t-il un texte qui parle clairement du sang humain et d’une transfusion dans toute la Bible.

 

Troisième texte du livre des Actes, traduction D’Osthervald révisé, 15 : 19-20.

 

C’est pourquoi j’estime qu’il ne faut point inquiéter ceux des Gentils qui se convertissent à Dieu. Mais leur écrire de s’abstenir des souillures des idoles, de la fornication, des animaux étouffés et du sang.

 

Traduction des TJ.

 

Ma décision est donc de ne pas inquiéter ceux des nations qui se tournent vers Dieu. Mais de leur écrire de s’abstenir des choses qui ont été souillées par les idoles, et de la fornication, et de ce qui est étouffé, et du sang.

 

À cette époque seul un égorgeur dûment accrédité, pouvait être pris en considération pour l’achat de la viande, pour un nouveau converti des nations il lui était difficile voire impossible de discerner la viande qui respecte les prescriptions bibliques, de la viande provenant d’abatage idolâtre.

 

Mais encore une fois quel rapport avec la transfusion ou le sang humain ?

Des témoins de Jéhovah disent qu’il ne faut pas donner de son sang qu'il est sacré d’après le texte de Colossiens 1 : 20 :

 

Et de réconcilier par lui toutes choses avec soi, ayant donné la paix, par le sang de sa croix, tant aux choses qui sont sur la terre qu’à celles qui sont dans les cieux.

Hébreux 11 : 24 : Et de Jésus, Médiateur de la nouvelle alliance, et du sang de l’aspersion, qui prononce de meilleures choses que celui d’Abel.

 

Le sang D’Abel est celui du crime qui criait vengeance à la différence de celui de Jésus qui parle de pardon et de réconciliation, voilà pourquoi il parle mieux que celui D’Abel.

 

Soyons logique : le sang bu implique la mort d’un animal alors qu’une transfusion sanguine n’implique pas la mort du donneur, si quelqu’un boit du sang d’animal cela déclenche le processus de la digestion, les cellules sont détruites et il y a « transformation » des substances mais qu’en est –il d’une transfusion sanguine.

 

Le sang n’est pas bu, les cellules commencent immédiatement leur travail et apportent l’oxygène dans tout le corps afin de préserver la vie.

 

Il existe un autre débat mais qui n’est pas de ma compétence mais celui du médical, et la Bible ne rentre absolument pas dans ce débat, la transfusion n’est pas la seule méthode pour sauver un patient mais la transfusion est une thérapeutique moderne qui ne concerne pas le sang animal.

Et pourtant, les témoins de Jéhovah pensent devoir appliquer les textes bibliques également pour les transfusions sanguines, alors qu’ils se montrent moins rigoureux avec les prescriptions bibliques si nous les appliquons littéralement, tout animal doit être égorgé pour être vidé de son sang et ensuite salée à deux reprises et rincé trois fois avec de l’eau pour supprimer toute trace de sang présent encore dans la viande.. .

 

Conclusion.

 

Si les témoins de Jéhovah se montrent modérés dans la consommation des viandes, alors pourquoi et sur quelle base se permettent-ils d’être aussi catégorique en extrapolant avec rigueur sur les transfusions sanguines qui sont une pratique médicale qui n’a rien à voir avec la consommation de la chair d’un animal tué ?

 

Pour résumé, tous les textes bibliques pris en référence ne traitent que des interdits alimentaires et certainement pas de l’interdit des transfusions sanguines, si on a des motifs personnels d’être contre les transfusions sanguines comme ceux qui doute des vaccins, pourquoi prendre la Bible comme argument ?

 

Dans le judaïsme, l’interdit du sang « vivant » est justifié par la présence du principe de vie divine en son sein. La vie est transmise par le sang vivant et le boire serait se nourrir du principe de vie, concernant l’humain hormis pour le « cannibalisme » ou des rites de sorcellerie, boire du sang est impensable, si on verse le sang humain c’est un acte criminel.

 

Soyons clair, les transfusions sanguines ne sont en aucun cas effectuées avec du sang provenant d’animaux abattus ou d’humains assassinés, si je donne de mon sang pour un patient ayant perdu beaucoup du sien lors d’un grave accident, je continuerai à vivre, mon action est motivé pour sa survie, il n’existe aucun parallèle avec les règles d’abattage d’un animal et le fait de manger son sang avec une transfusion.

 

Les témoins de Jéhovah ont raison de conseiller de s’abstenir de manger ou de boire du sang parce qu’il y a un rapport direct entre le sang et la vie mais encore une fois cela ne concerne pas l’interdiction des transfusions sanguine qui concerne la vie humaine.

 

Le sang est aussi la mort, lorsqu’il est versé comme celui D’Abel par son frère Caïn, cela nous démontre l’intelligence de l’écriture qui nous informe que si le sang est la vie, il est également son opposé, la mort.

 

Personnellement, le fait de donné de mon sang est motivé par les textes bibliques, « tu aimeras ton prochain comme toi-même » (lévitique 19 : 18) et également, « ne reste pas indifférent devant le sang (c’est-à-dire le risque de mort) de ton prochain » (lévitique 19 : 16).

 

La tradition orale dite : « Qui sauve une vie, sauve le monde entier ». Avons-nous le droit de tenir debout sur { devant] le sang de son prochain ?

 

Cela signifie l’interdiction de tuer et également d’être indifférents à la souffrance de son prochain, nous devons agir pour apaiser les souffrances car comme nous le rappelle Dieu, « nous sommes les gardiens de nos frères ».

La règle d’or dans la Thora c’est de préserver la vie.

 

Les témoins de Jéhovah , jusqu’à preuve du contraire ont tort concernant leur refus de transfusion sanguine en prétextant un interdit biblique, le travail exégétique des textes qu’ils citent n’est pas très sérieux .

 

Jean-Jacques Albors

Vous pouvez réagir à cet article en m'envoyant votre réaction en cliquant ici. ;)

Les commentaires sont fermés.